Dimanche 13 avril 2014 7 13 /04 /Avr /2014 12:01

L07.jpg Faut qu'on y aille sinon on va louper le dernier drakkar

Muzo

éditions l'Association

2014

 

Comment faire une note avec du rien ? C'est l'exercice que je vous propose aujourd'hui puisque je vais vous parler d'une bande dessinée spécialiste du sujet.

Faut qu'on y aille sinon on va louper le dernier drakkar est supposé être une BD humoristique sur les affres de la création ou, en clair, comment créer une BD quand on n'a pas d'idées. L'auteur vous explique donc sous forme de planches comment créer des phylactères, comment trouver son personnage-clé et un titre, comment développer une intrigue, etc. Enfin, là je suis charitable avec le etc. car, en fait il n'y a pas grand-chose à ajouter. Je suis mauvais juge en matière de dessin aussi je ne me permettrai aucune remarque là-dessus si ce n'est que, si les vikings m'ont fait sourire, j'ai un peu plus de mal avec la vulgarité de certaines pages. Mais bon, je ne ferai pas de commentaires. En revanche, l'album lui-même est un peu un foutage de gueule pour parler vulgairement à mon tour : imaginez un roman où l'auteur vous expliquerait qu'en fait il a pas d'idées mais qu'il peut faire ça, ça ou ça. Au bout d'un moment si vous êtes comme moi vous vous impatienterez et aurez une bonne envie de lui balancer un parpaing à la tête en lui hurlant "Mais pourquoi écrire un roman si tu n'as rien à dire?!". Là, c'est le même principe appliqué à la bande dessinée: je suis dessinateur, je n'ai absolument pas la moindre idée mais je me dis qu'avec mon talent et quelques légendes, je vais pouvoir sortir un album ni vu ni connu. Les éditions de l'Association ont qualifié Faut qu'on y aille sinon on va louper le dernier drakkar de "fantaisie"; vu son prix et son contenu je serais plutôt tentée de le qualifier de "belle arnaque" mais bon il y en a bien qui s'extasient devant des ouvrages de Sollers ou des toiles monochromes, alors pourquoi pas une fantaisie à douze euros...

Par beux - Publié dans : B.D.
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 8 avril 2014 2 08 /04 /Avr /2014 15:08

L02.jpg Le livre de mes records nuls

Bernard Friot

éditions Flammarion

2014

 

Ben a onze ans et une particularité : il se sent un peu nul. Tout le monde n'arrête pas de le  lui dire d'ailleurs : ses parents, sa grande soeur, ses profs.... Alors il se décide à tenir son propre livre de records et y consigne ses exploits les plus pathétiques: nombre de rots dans une seule journée, record d'insultes, record de pannes ou de chaussettes dépareillées... Ben note tout sans se prendre vraiment au sérieux et d'ailleurs lui, ce qu'il veut faire plus tard dans la vie, c'est être clown. ça tombe bien, il est plutôt doué pour ça...

Oui, on reste dans la jeunesse mais on redescend bien deux tranches d'âge en dessous avec ce petit roman sans prétention, écrit à la première personne par un narrateur qui, finalement, niveau âge mental, est largement au-dessus de notre précédente héroïne. Bernard Friot, connu essentiellement pour ses Histoires pressées se lance ici dans une narration plus longue et c'est plutôt une réussite. Ben est un personnage attachant, peut-être un peu trop lisse (c'est un brave petit garçon qui aime bien son vieux voisin et qui finalement ne fait pas tant de bêtises que ça) mais qui est assez intéressant dans sa façon de se dénigrer sans cesse et de se moquer de tout et surtout de lui. L'histoire avec le clown que je craignais, n'ayant pour le cirque et les clowns qu'une passion toute relative pour ne pas dire nulle, se est amenée avec beaucoup de finesse et il y a une certaine tendresse dans ce récit (l'amitié de Ben avec Lukas ou encore  le records de sourires du petit garçon) qui ne sombre jamais dans la mièvrerie ou le sentimentalisme bon marché. En bref, c'est une histoire intelligente qui, effectivement, ne peut guère captiver au-delà de douze ans, mais qui trouvera son public auprès de jeunes lecteurs avides de découvrir que, oui, même les nuls peuvent devenir des héros.

Par beux - Publié dans : Jeunesse
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 6 avril 2014 7 06 /04 /Avr /2014 12:07

L07.jpg Te succomber

Jasinda Wilder

éditions Michel Lafon

2013


Vous vous souvenez de 50 nuances de Grey, cette trilogie érotique pour ménagères désespérées qui aujourd'hui encore caracole dans les meilleures ventes? Si vous passez régulièrement en librairie, vous ne serez pas sans constater que le genre a fait des petits : en cette merveilleuse période printanière où les sens s'affolent, les ouvrages sulfureux abondent, des Aime-moi, Possède-moi, Fesse-moi, des jolies couvertures rouges, ombres énigmatiques, menottes sur fond mauves, silhouettes dénudées... Du coup la littérature jeunesse faisait un peu la tronche : c'est qu'il y a un créneau à prendre avec les adolescents plein d'hormones mais mettre du hard dans des romans destinés aux "enfants", ça le fait pas trop. Qu'à cela ne tienne : les éditeurs, ces petits filous, ont décidé de créer un nouveau genre baptisé "le new adult",

Soyez dans la joie : aujourd'hui vous devenez des grands.

Tout commence avec Nell, jeune fille de seize ans qui tombe amoureuse de Kyle, son meilleur ami. Ils sont propres sur eux, viennent de familles aisées, sont intelligents et beaux, bref, ils sont parfaits. Après quelques sorties et quelques embrassades, ils couchent ensemble et établissent des projets. Jusque là, en toute honnêteté, pas grand-chose à reprocher à Te succomber. L'histoire d'amour est un peu gnangnan mais l'écriture est tout à fait correcte, les scènes de sexe sont réalistes (ce à quoi on peut s'attendre entre deux ados le découvrant pour la première fois en tous cas) et il y a même une certaine ironie (si si) de l'auteur qui se plaît à dépeindre l'univers de ces deux enfants à papa pour mieux le faire voler en éclats. Car, soudain c'est le drame :  dans une scène d'un ridicule achevé, deux ans plus tard, Kyle meurt lors d'un orage, écrasé par un arbre. Nell est bourrelée de remords car il l'a poussée pour la protéger et, qui plus est, ils se querellaient au moment de l'accident (Nell avait refusé la demande en mariage de Kyle). C'est la catastrophe: Nell est effondrée. Lors de l'enterrement, elle fait la connaissance de Colton, le frère aîné de son petit ami et tombe aussitôt sous son charme mais se dérobe, rongée par la culpabilité. Deux autres années s'écoulent : Colton et Nell se retrouvent à New York; Colton répare des voitures et joue de la guitare pour les passants et la jeune femme est à la fac et noie son chagrin en buvant du whisky et en se scarifiant. Nouveau coup de foudre (paraît-il que la guitare pour les hommes est l'arme idéale pour draguer). Colton n'a pourtant rien de commun avec Kyle: il est dyslexique, c'est un gros dur qui s'est déjà battu dans des combats de rue et qui a fait partie d'un gang. Ceci dit, maintenant il s'est rangé: il a son garage et il est devenu un rebelle gentil (je ne me bats que pour me protéger ma copine, je joue de la guitare en versant ma petite larme et je suis une bête de sexe) Qui plus est, il peut du coup faire la morale à Nell et lui dire qu'il comprend sa douleur mais que c'est vilain de se scarifier et tout. Le reste de l'histoire est composée essentiellement de chansons jouées à la guitare, de pensées philosophiques dignes de BHL... et de sexe bien évidemment. Cette fois pas de ratés, pas d'hésitation: de toute évidence Nell a gagné au change puisqu'en plus d'être monté comme un étalon, Colton maîtrise l'art de l'amener au septième ciel. Difficile dans ce genre de scènes de faire la différence avec 50 nuances de Grey: tout comme l'héroïne de la trilogie, Nell passe son temps à s'extasier, se montre elle-même une prodigieuse maîtresse et entrecoupe ses gémissements de "Oh mon Dieu" tandis que Colton halète en l'appelant "bébé" et en lui disant qu'il aime ça et que la voir se mordiller la lèvre le rend fou. Voilà voilà.

Et comment ça finit me direz-vous? Il y a encore un autre drame, qui prend quelques pages pas plus parce qu'il faut pas charrier non plus (le chapitre sur la première scène d'amour en faisait vingt-cinq on voit les priorités de l'auteur) et une conclusion digne des meilleurs Harlequins qui boucle ce grand moment de littérature. Après ça, vous vous dites que si c'est ça le genre "new adult" peut-être vaut-il mieux rester au genre ado tout bête, vous savez, avec des personnages qui n'ont pas l'air sortis tout droit d'un téléfilm érotique. Je dis ça je dis rien mais je pense que ce serait un peu plus sain quand même sinon des adolescentes risquent d'avoir une sacrée déception quand elles vivront leur première histoire d'amour...

Par beux - Publié dans : Jeunesse
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 30 mars 2014 7 30 /03 /Mars /2014 12:47

L02.jpg Le chat Murr

Hoffmann

éditions Gallimard

entre 1820 et 1822

 

De Hoffmann, si vous êtes comme moi, vous ne connaissez probablement guère que ses contes fantastiques et sans doute pas le curieux ouvrage Le chat Murr que Les 1001 livres... ont pourtant choisi de mettre à l'honneur. Comme son nom l'indique, l'histoire est celle du chat Murr, un matou érudit qui sait lire et écrire et peut ainsi rendre compte de sa vie et de son expérience auprès de son maître, un riche juif qui semble jouir d'une certaine notoriété. Là où l'affaire se corse, c'est que Murr a arraché sans vergognes les pages d'un autre livre pour s'en servir de buvard et de sous-main et que, du coup, à son récit se mêle la biographie d'un maître de chapelle du nom de Johannès Kreisler, intime de maître Abraham, le propriétaire du narrateur.

Toute la curiosité du livre de Hoffmann tient dans ce mélange improbable de genres et de rythmes. D'un côté vous avez le récit construit du chat, modèle de sagesse et d'érudition, qui réfléchit et tire parti de chacune de ses expériences pour atteindre à la connaissance suprême et, de l'autre, vous avez l'histoire de Kreisler, fragmentaire, incomplète et mettant en scène un homme inquiet, émotif, amoureux? et qui, tel un Hamlet du 19e hante les bois sombres et joue la folie pour mieux affronter un monde d'intrigues familiales, de duels, de nobles et de musique. Dans l'histoire de Murr, tout est cadré, analysé, soupesé; le style est classique, la prose élégante mêle quelques vers plus ou moins bons de l'animal. La biographie de Kreisler en revanche est hâchée, le style chargé et dialogues et chants alternent avec des événements dramatiques et passionnés. Renaissance contre gothique en bref. Là où ça devient intéressant c'est de constater que la pédanterie de Murr le rend légèrement ridicule d'autant plus que ses propos sont parfois en décalage avec les événements qu'ils racontent (la façon dont il va se cacher régulièrement sous le poêle pour échapper à ses ennemis ou la vision d'un monde qui ne dépasse jamais le seuil de la maison de son maître) tandis que Kreissler qui joue au fou laisse entrevoir une personnalité complexe et droite, tirailllé entre ses aspirations musicales et la jolie Julia à la voix d'or. Le plus sage des deux n'est pas forcément celui que l'on croit...

Reste que le chat Murr ne demeurera pas forcément un souvenir de lecture impérissable. Pourquoi? Déjà, je pense qu'il faut le lire d'une traite afin de mieux de profiter du décalage entre les deux points de vue et se laisser emporter par un récit complexe, plein de non-dits et de sous-entendus. Le lire par petits bouts est une mauvaise idée. Ensuite, le style d'Hoffmann, bien que plein de grâce, n'est pas non plus sans maladresses et sans longueurs, trop emphatique par endroits, trop mystérieux à d'autres. De plus, dans l'histoire de Kreisler, l'auteur se plaît à multiplier intrigues et mystères mais laisse finalement beaucoup trop de non-dits ce qui est d'autant plus frustrant que l'ouvrage n'a jamais été fini et que nous ne saurons jamais comment se termine l'histoire. C'est donc avec un goût d'inachevé que j'ai fini une lecture intéressante mais pas inoubliable.

Par beux - Publié dans : Classiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 23 mars 2014 7 23 /03 /Mars /2014 12:31

L01.jpg Georges-Guy Lamotte le dernier des socialistes

Fernand Bloch-Ladurie

éditions Aux Forges de Vulcain

2012

 

J'ai reçu ce livre en service de presse il y a maintenant près de six mois. J'avoue avoir lu la moitié du titre, m'être dit: "Ouh là, un ouvrage politique", l'avoir mis dans ma pile à lire et l'avoir laissé moisir quelques temps. Et puis, les vacances font bien les choses, j'ai avancé dans mes lectures en retard et je suis tombée dessus.

J'avoue. Sur le coup, je n'ai pas tilté. Certes le premier chapitre de cette biographie consacrée à un homme politique me paraissait un peu emphatique, le style très pompeux et je n'avais jamais entendu parler du dit socialiste en question, mais après tout je suis nulle en politique. A ma décharge, il était une heure du matin quand j'ai commencé à lire l'histoire de Georges-Guy Lamotte, enfant d'un marchand d'armes et d'une mère qui lui apprend à égorger les poulets et qui lui lit l'Apocalypse selon saint Jean tous les soirs avant de dormir. Oui, je sais : j'étais vraiment fatiguée. Au second chapitre ceci dit, le doute commence (enfin) à s'installer. Nous sommes le lendemain et il est toujours près d'une heure quand je lis comment Georges-Guy entre dans la Résistance via une boucherie et prend contact avec le maréchal Rognon ou le lieutenant Faux-Filet (mot de passe: "Je me ferais bien un steak"). Il s'illustre également en tuant un allemand estropié le jour de la Libération. "Euh... fait une petite voix dans ma tête, tu crois pas que là on se fout un peu de toi?" Aussi quand le lendemain matin, cette fois bien réveillée, je reprends le livre et que je lis le récit des amours de Georges-Guy avec une femme qui sera retrouvée "suicidée par étranglement", le doute n'est plus permis : il s'agit d'une fausse biographie. Retour sur la couverture; pour la première fois je me penche sur le nom de l'auteur et sur sa curieuse ressemblance avec celui de Le Roy Ladurie. Retour sur la quatrième qui explique les convictions de Lamotte "synthèse entre Karl Marx et Margaret Thatcher". Cette fois, j'ai carrément honte : comment ai-je pu être dupe ne serait-ce qu'un chapitre?

Vous l'avez maintenant compris vous-même : Georges-Guy Lamotte n'a jamais existé, pas plus que Bloch-Ladurie d'ailleurs, et la biographie que j'ai eu entre les mains est une parodie, plutôt drôle d'ailleurs. Ainsi, vous apprendrez entre autres que Lamotte est entré en politique après avoir photographié Guy Mollet dans un bordel, s'est lancé dans l'industrie minière en soumettant ses employés au régime des 4/48 ( (48 heures de travail non stop suivi de quatre jours de repos) qui deviendra le régime des 2/72 puis des 1/144. Lamotte sera également arrêté à de nombreuses reprises pour alcoolémie et vouera une tendresse suspecte à sa petite-fille de seize ans.

J'ai beaucoup ri devant cet ouvrage complètement allumé qui, sous ses dehors comiques, se montre satirique notamment lorsqu'il évoque Sciences-Po caractérisé par "son humanisme" ou les positions engagés de Lamotte qui, sénateur, refuse de se rendre physiquement au Sénat. Mais si Georges-Guy Lamotte, le dernier des socialistes est une satire du monde politique, il est aussi et surtout à mon sens une satire de la biographie historique en général qui, sous couvert d'objectivité, n'est généralement qu'un éloge pompeux et totalement de mauvaise foi de personnages pas toujours recommandables. En tous cas, c'est un bon moment de détente avec un style outrancier et pince-sans-rire qui vous arrachera, je n'en doute pas, de nombreux sourires.

Par beux - Publié dans : Roman
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>






































































Cedric.jpg







Canthilde.jpg







Idrac.jpg







RDP.jpg



 

 

 

 

 


  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés