Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 10:30

Eugène Onéguine

Alexandre Pouchkine

éditions Actes Sud

1833

 

Les 1001 livres vous avaient manqué ne niez pas : soyez donc dans la joie car aujourd'hui, après Eugénie Grandet, nous y revenons avec Eugène Onéguine de Pouchkine. Eugène Onéguine a une particularité, c'est d'être un roman écrit en vers. L'histoire est celle de Evgueni, un jeune homme désabusé qui, à la mort de son oncle, hérite de la propriété campagnarde de ce dernier. Là, il se lie d'amitié avec le jeune poète Vladimir, amoureux exalté de la belle Olga, et suscite l'amour de la discrète Tatiana, la soeur d'Olga. Touché par cette passion inconditionnelle, Evgueni est cependant trop cynique pour y succomber et préfère plutôt flirter avec Olga le temps d'une soirée, déclenchant la colère de Vladimir. Le jeu tourne au drame...

Selon le traducteur, en Russie, Eugène Onéguine est un classique, un roman dont tout le monde peut citer des extraits. S'il est moins connu en France, c'est sans doute dû à sa forme difficilement traduisible et à ses références multiples à la culture et à l'histoire de son pays. En bref, si vous n'avez pas pris la peine de lire la préface et les annotations de bas de page, vous êtes très largués par certains noms et certaines allusions. Reste une histoire touchante et des personnages inoubliables : le héros éponyme blasé, la mélancolique Tania, l'exalté Vladimir... Tour à tour, le narrateur les décrit, met à jour leurs craintes et leurs désillusions dans un style unique, un roman en vers plein de poésie et de finesse que le traducteur a su rendre au mieux en respectant au maximum rimes, rythme et sonorités. Le ton parfois léger et ironique lorsqu'il évoque la société russe et ses petits travers se fait plus grave, plus émouvant lorsqu'il s'étend sur les tourments de Tatiana ou la jalousie de Vladimir. Les strophes "fantômes" interrompent le récit à de nombreuses reprises, conférant au roman l'allure d'une danse sautillante qui se fait tantôt rapide, tantôt lente ay rythme des états d'âme des personnages. Véritable exercice de style, Eugène Onéguine est également une histoire d'amour avortée, condamnée par le cynisme de son héros.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

Jacques C 11/03/2015 00:15

Il me semble avoir entendu qu'en outre Pouchkine adopte un style différent selon les personnages, et que ce roman est ainsi un foisonnement de styles et de climats (ce que vous évoquez en parlant du ton parfois léger et parfois grave), dans un agencement très contrôlé, très cohérent. Apparemment, c'est vraiment un livre mythique en Russie, considéré comme l'un des deux ou trois livres les plus importants de la littérature russe - et pourtant étonnamment bien moins connu en France que bien d'autres ouvrages russes.

Incidemment : depuis deux notes, vous avez renoncé aux dessins annonçant de façon synthétique votre appréciation globale du livre chroniqué, ou c'est juste un bug dans mon affichage ?

Incidemment aussi, maintenant Overblog impose de supporter 30 secondes de pub pour avoir le droit de laisser un commentaire...

beux 11/03/2015 19:51

Effectivement Eugène Onéguine est une référence incontournable en Russie, mais s'il est moins connu ici, je pense que c'est vraiment dû à sa forme littéraire bien particulière. Le traducteur semble s'être arraché les cheveux d'ailleurs.
Concernant les dessins, hélas, Overblog m'a fait une mise à jour que je ne demandais pas, et je n'ai pas réussi pour l'instant à les remettre mais j'y travaille! Concernant la pub, c'est aussi une nouveauté de l'hébergeur malheureusement. Pour cela je n'ai pas de solutions pour l'instant mais je songe à changer de plate-forme. A voir, je vous tiendrai au courant !