Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 18:32

L02.jpgDu fond de mon coeur

lettres à ses nièces

Jane Austen

éditions Finitude

2015

 

De la vie de Jane Austen, tout du moins ses émotions, ses opinions, nous ne savons hélas pas grand-chose, sa plus grande confidente, sa soeur Cassandra, ayant brûlé une grande partie de ses lettres ou en ayant découpé d'autres. Il en reste ceci dit quelques bribes et notamment la correspondance qu'elle entretenait avec ses nièces dont elle était très proche et que les éditions Finitude éditent aujourd'hui. Jane Austen s'adresse ici à trois de ses nièces : Anna, qui n'a que dix-sept ans de moins que sa tante, sa demi-soeur Caroline, une toute petite fille et, sa nièce préférée Fanny, fille d'un autre de ses frères. Ainsi, si les lettres qu'elle adresse à Anna et Caroline sont plutôt d'ordre littéraire (les deux jeunes filles écrivent des romans et sollicitent des conseils) celles qu'elle envoie à Fanny sont plus intimes car elle lui donne des conseils sur ses relations amoureuses, cette dernière semblant être un véritable coeur d'artichaut.

Du fond de mon coeur, soyons claire, est un ouvrage destiné aux fans de Jane Austen et encore ceux-ci seront peut-être déçus. En effet, la correspondance de la fameuse romancière reste au fond assez impersonnelle : elle donne des conseils sur des ouvrages que le lecteur ne connaît pas ou s'entretient sur le voisinage et la famille. Plus intéressantes sont ses lettres adressées à Fanny : elle exprime alors ses opinions concernant l'amour et le mariage, stigmatisant particulièrement les mariages de raison : "Tout est préférable, tout peut être enduré plutôt qu'un mariage sans affection" et son ton est beaucoup plus franc et parfois même plus mordant, notamment lorsqu'elle se livre à des remarques légèrement acerbes à mille lieues du portrait de la tante bienveillante : "Anna est confinée chez elle [...] Pauvre Anna, pauvre Animal, elle sera usée avant même d'avoir trente ans. Je la plains beaucoup. Mrs Clement est, elle aussi, dans le même état. Je suis épuisée de tous ces enfants. Mrs Benn en a eu un 13e" A la fin du livre, l'éditeur a inclus les témoignages des fameuses nièces : si Anna et Caroline ne tarissent pas d'éloges sur leur tante, le souvenir que garde Fanny est plus mitigé, cette dernière soulignant l'éducation frustre et le manque de savoir-vivre d'une femme qui, paradoxalement, faisait grand-cas d'elle. Inutile de s'appesantir là-dessus. En revanche on ne peut que regretter la correspondance détruite, celle qui nous aurait le mieux éclairé sur une auteur qui, à la fin du livre, demeure encore un mystère.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux
commenter cet article

commentaires

urgonthe 30/07/2015 13:12

Intéressant ! Je me suis souvent demandé comment cette femme, tellement intéressée par les intrigues matrimoniales, avait vécu sa vie de célibataire. Pas si mal, semble-t-il : comment envier une femme qui en est à sa treizième grossesse ??

beux 03/08/2015 20:03

Je ne suis pas si sure qu'elle l'ai vécu si bien que cela : disons que si les questions sentimentales la passionnaient, il semblerait que la maternité en revanche ne l'intéressait pas plus que ça (dans ses livres d'ailleurs, les enfants n'ont aucun rôle majeur). Mais, encore une fois, cela reste très mystérieux dans la mesure où la majeure partie de sa correspondance a été brûlée.