Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 10:32

L02.jpgSourcellerie

Terry Pratchett

éditions Pocket

1988

 

Quand un huitième fils naît d'un huitième fils, il devient mage, c'est une tradition. Mais que se passe-t-il quand ce huitième fils, défroqué, engendre un huitième fils? Et bien, ce fils devient un sourcellier, détenteur de la magie la plus puissante du Disque-Monde, ce qui n'est pas franchement très rassurant lorsqu'on sait que le père du sourcellier a une dent contre les mages et la vie en général.
Retour sur le Disque-Monde quelques mois après la mort de son créateur avec ce cinquième volume mettant en scène pour la troisième fois Rincevent, le mage le plus inutile et le plus drôle de tous les temps. Notre héros est à la fois tiraillé entre son envie naturelle de courir se cacher du danger et une autre, plus noble, de sauver l'Ecole de Magie et le monde en général. Il est aidé dans sa quête par Conina, la fille du célèbre Cohen le Barbare, et par Nigel, apprenti barbare lui-même (par correspondance).

Si Sourcellerie n'est pas mon Pratchett préféré, il nous réserve cependant quelques bons moments : des personnages très drôles et une scène où l'on peut admirer les copains de la Mort, Famine Guerre et Pestilence boire calmement un coup avant la fin du Monde. Il y a aussi de très jolies trouvailles : le Génie en multipropriété dans une lampe, le Bagage qui tombe amoureux, le fakir qui veut qu'on lui lise des histoires... Tout cela permet de compenser une intrigue un peu trop bavarde. Pas le meilleur donc de la série mais un incontournable, surtout si l'on aime le mage Rincevent...

Partager cet article

Repost 0

commentaires