Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 13:18

L05.jpgDigitale

Sarah Wagon

éditions Pocket Jeunesse

2015

 

Il y a un mot que mon grand frère a un jour employé pour décrire un roman ado qu'il avait parcouru : "cheap". C'est un mot parfaitement approprié pour parler de l'ouvrage d'aujourd'hui.

Monde futuriste, comme d'hab', après de terribles guerres, etc. Du coup, pour éradiquer la violence chez les humains et rendre le monde meilleur, les dirigeants de l'époque ont décidé de bannir toutes les émotions, du moins de les atténuer fortement en implantant à chacun une puce destinée à réguler tout ça. Exit tristesse, colère, désir, gourmandise, jalousie... Jade, notre héroïne, est elle-même dotée d'une puce qu'elle a eu relativement jeune, ses antécédents familiaux la prédisposant à être un sujet à risques. Bien évidemment, tout vole en éclats le jour où elle rencontre Sacha, un déficient (sa puce présente des anomalies) qui, pour la faire réagir... va l'embrasser (c'est une méthode comme une autre). "Réveillée", Jade décide de s'enfuir avec le jeune homme.

Je ne trouve pas l'idée de base si mauvaise que ça et c'est bien ce qui rend cette dystopie "cheap" justement. Il y aurait pu avoir une réflexion intéressante sur un monde aseptisé, tout dans la tiédeur et le contrôle, un univers à la Meilleur des mondes sauce ado. Au lieu de ça on a des descriptions bâclées, un manichéisme flagrant opposant aux gentils déficients les méchants digitaux et la société créée par l'auteur reste floue, abstraite, ce qui est à mon sens une faute majeure quand on crée ce genre de mondes. L'héroïne elle-même n'est pas inintéressante puisque, "réveillée", elle se révèle extrêmement violente, ce qui aurait pu soulever un certain nombre de thématiques. Mais que nenni ! Là encore l'auteur se contente d'en faire une wonder woman uniquement préoccupée par son histoire d'amour niaise avec Sacha qui, pour le coup, a la consistance du fromage blanc. Pour résumer, Sarah Wagon avait une bonne idée de départ mais elle échoue à la concrétiser, la faute à une écriture bancale et à un univers insuffisamment développé. Dommage.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

Isa 06/09/2015 17:14

L'idée de départ avec une société aux émotions atténuées me fait penser au roman "Le Passeur " de Lois Lowry, livre que j'avais d'ailleurs adoré étant ado.

boulie 06/09/2015 16:46

Le résumé de l'histoire me fait un peu trop penser à Délirium...