Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 18:44

L03.jpgMémoires d'outre-tombe

Chateaubriand

éditions Livre de Poche (4 tomes)

1841

 

Oui, je sais, ça fait très longtemps que nous ne nous sommes pas vus : la faute à mon dernier 1001 livres... : Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand. Non non ne partez pas! Je viens de passer deux mois sur ce bouquin de trois milles pages, vous pouvez faire l'effort de lire ma note jusqu'au bout hein.

Que dire ? A la base, Mémoires d'outre-tombe était prévu pour une publication à titre posthume, l'auteur souhaitant ainsi faire de son oeuvre une sorte de testament littéraire. Malheureusement, des difficultés financières l'ont conduit à autoriser des publications de son vivant. D'où un ouvrage manié et remanié, avec des rajouts, des suppressions et des appendices qui font à eux seuls le tiers du livre. Ces mémoires ont pour ambition de retracer la vie de Chateaubriand, noble désargenté à une époque où il ne fait plus bon être noble; la révolution française est entamée le monde est en plein bouleversement. A travers son récit, c'est tout un pan de notre histoire que l'auteur a l'ambition de retracer : la fin de la royauté, la Révolution, la Terreur, l'Empire, la Restauration, la monarchie de Juillet.... Héritier inavoué de Rousseau et de ses Confessions, Chateaubriand livre un récit foisonnant, tantôt récit de voyage, tantôt essai historique, tantôt vaudeville, tantôt méditations... Il multiplie personnages et références littéraires et nous fait pénétrer au coeur du début du 18e siècle.

Je ne vais pas vous faire une analyse des Mémoires d'outre-tombe : d'autres font ça très bien et je mentirais en disant que j'ai été subjuguée par Chateaubriand. La vérité c'est que j'ai eu parfois du mal avec son style ampoulé et ses discours larmoyants. Plus "hypocrite" que Rousseau, Chateaubriand omet dans ses mémoires tout ce qu'il pourrait y avoir de graveleux ou de trivial dans sa vie ou celle de son entourage : il passe sous silence un mariage qui ne semble guère avoir été heureux et tait ses nombreuses liaisons...Plus généralement, il a soin de faire de ses mémoires une tragédie en omettant toutes les parties bouffonnes. Pourquoi pas ? C'est un parti pris et un parti pris assumé : Chateaubriand se voulait historien, homme de lettres, homme politique, homme grave témoin d'une époque agonisante. Lui-même se décrit comme un homme du passé et son écriture est empreinte d'une perpétuelle mélancolie. Dès le premier tome, il nous raconte comment il aspire à la mort. Ennemi du vulgaire, il le traque et le méprise, si bien que le style est toujours maîtrisé et ne laisse au fond pas transparaître grand-chose de ce qu'était vraiment l'auteur. Le véritable Chateaubriand se laisse voir ça et là dans quelques courriers, quelques témoignages mais globalement reste un mystère. Entêté, il s'obstine par honneur à défendre la cause de la monarchie légitime alors qu'il n'y croit pas, il admire Napoléon tout en le détestant et défend la liberté de la presse tout en la déplorant. Il y a quelque chose d'héroïque dans cet homme qui, au milieu des opportunistes politiques, reste inébranlable, croyant convaincu mais désabusé, persuadé que le monde change et qu'il ne pourra pas y faire grand-chose mais qui essaie tout de même. A travers ses mémoires, le personnage agace par la haute opinion qu'il a de lui-même, attendrit par son histoire et ses aveux de faiblesses, mais laisse rarement indifférent. A la fois témoin et acteur d'un siècle qui se découvre, Chateaubriand nous livre un matériau historique et littéraire inestimable. Et, bien que j'avoue avoir eu bien du mal certains soirs à ouvrir son livre, après deux mois avec lui, me voilà un peu mélancolique à mon tour à l'idée de refermer la tombe d'un homme pas tout à fait comme les autres.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

Lecteur fidèle 24/01/2016 11:14

« je mentirai en disant que j'ai été subjugué par Chateaubriand » : je mentirais... subjuguée...
Hormis ces menus défaillances grammaticales, votre article est remarquablement écrit et d'une sincérité réjouissante.

beux 27/01/2016 19:09

Oups! je vais vite corriger ces erreurs. Merci beaucoup et merci pour les compliments