Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 12:56

L02.jpgLes gouffres de la Lune

Arthur C. Clarke

éditions Milady

1961

 

 

Lorsqu'on évoque 2001 l'Odyssée de l'espace, tout le monde voit plus ou moins de quoi on parle, notamment grâce à l'adaptation cinématographique de Stanley Kubrick. Aujourd'hui c'est d'un autre ouvrage de SF de Arthur C.Clarke dont nous allons parler, moins connu certes, mais intéressant à plus d'un titre.

Nous sommes au XXIe siècle (oui je sais mais on ne ricane pas s'il vous plaît ou on reparle de 1984 d'Orwell) et la Lune a été colonisée. Désormais les touristes peuvent même se payer le luxe d'une croisière sur la mer de la Soif, une surface de poussière aux propriétés étonnantes. C'est le capitaine Pat Harris qui mène cette croisière à bord du Séléné et, jusqu'à présent il n'avait jamais eu de soucis, jusqu'au jour où un tremblement du sol entraîne l'engloutissement du vaisseau et le fait disparaître des radars. Livrés à eux-mêmes au milieu des poussières de la mer de la Soif, privés sous peu d'oxygène, Harris et ses passagers n'ont d'autre choix que d'espérer l'arrivée des secours avant qu'il ne soit trop tard...

C'est toujours un peu étrange de lire de la science-fiction à ses débuts, surtout lorsqu'on réalise qu'à l'époque de la publication des Gouffres de la lune, l'homme n'avait même pas encore posé le pied sur la dite Lune. Bien évidemment, de ce fait, certains éléments du livre sont complètement dépassés : il n'existe pas de mer de la Soif ou de tout autre surface de ce type sur la Lune et personne ne va (encore) y faire du tourisme. Reste que l'ouvrage est loin d'avoir aussi mal vieilli que la plupart des ouvrages du genre. Clarke en effet axe son récit autour de deux intrigues : l'une est centrée sur les secours et sur les moyens techniques mis en oeuvre pour évacuer le Séléné, l'autre s'intéresse au capitaine et à ses passagers prisonniers à bord : par ce choix de narration alternée, l'auteur crée une dynamique au roman. Il évite également sagement toute invention futuriste trop loufoque, préférant se concentrer sur des notions de science acquises et restant toujours plus ou moins dans le domaine du plausible. Les gouffres de la Lune, loin des grands espaces, est donc un livre huis-clos, dans ou à proximité de la mer de la Soif, qui confronte le lecteur à ses propres questionnements : peut-on prétendre maîtriser une planète alors que nous ignorons qui est vraiment le passager en face de nous ? Peut-on coloniser la Lune alors que certaines de ses propriétés sont inconnues ? Plus qu'un livre de science-fiction, les gouffres de la Lune est un appel à la prudence, un ouvrage plein d'humilité et de fascination à la fois devant un univers qui commence seulement à se dévoiler.

Partager cet article

Repost 0

commentaires