Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 16:23

L01.jpgLes effets du hasard

Marie Leymarie

éditions Syros

2016

 

Maïa, comme sa meilleure amie Lily et pratiquement tous ses camarades de classe, a été choisie sur catalogue et achetée par ses parents. Elle a les yeux noisettes, les cheveux châtains et affiche un QI de 117. Elle a coûté relativement cher et doit tout faire pour ne pas décevoir son père et sa mère. Sa vie s'écoule, monotone, entre les cours de gestion d'émotion et de biologie, jusqu'au jour où elle fait la connaissance d'Anthony, un garçon aux yeux verts dont elle tombe très vite amoureuse. Seulement voilà, l'amour, comme toute autre émotion, est mal vue dans ce monde où ni les caprices du hasard ni ceux des sentiments ne sont tolérés. Heureusement, pour guérir l'amour, cette maladie bénigne de l'adolescence, il existe désormais des comprimés.

J'avais des craintes et j'ai été plus qu'agréablement surprise. Contrairement à la plupart des dystopies actuelles, l'auteur ne balance pas son monde en vrac pour ensuite se centrer sur une intrigue sentimentale sirupeuse. C'est plutôt l'inverse : l'histoire de Maïa avec Anthony n'est qu'un prétexte pour évoquer une société étouffante où toute liberté a disparu au profit d'une illusion de sécurité. Les enfants portent des bracelets qui permettent leur localisation, les émotions sont bannies, les caméras sont partout, les bébés sont sélectionnés et triés pour éviter toute mauvaise surprise, et vos tablettes vous indiquent le nombre de calories nécessaires à votre santé. Là où je trouve Marie Leymarie particulièrement ingénieuse, c'est d'avoir paradoxalement évité le cliché d'un régime autoritaire : rien ne semble franchement interdit, l'amour ou la conception d'un bébé "naturel" mais on comprend très vite par le biais de la psychologue pénible ou de la mère de Melody, une camarade de lycée de Maïa, que c'est vu d'un sale oeil. Ici, pas de grands méchants dirigeants qui éclatent d'un rire sardonique, seulement un ensemble d'individus terrorisés à l'idée de voir leur monde malmené par les effets du hasard. De ce fait, même les parents de l'héroïne sont complices. Le tout est amené avec beaucoup de finesse par l'auteur qui mène une réflexion très intéressante sur l'argent et sur la liberté en général, évitant les grands discours moralisateurs pour dispenser ses idées par petites touches, au hasard d'une scène : Lily qui pleure parce qu'elle a raté son contrôle malgré son QI élevé, Maïa qui ne peut s'empêcher d'éprouver de la répulsion lorsqu'elle apprend qu'Anthony est un enfant "naturel", la mère de l'héroïne qui s'affole lorsqu'elle perd la trace de sa fille... C'est qui plus est joliment écrit et le final, tout en subtilité et en tendresse, est aussi inattendu qu'édifiant. Rien à dire donc sur Les effets du hasard si ce n'est que, même s'il se suffit à lui-même, j'espère bien que l'auteur compte écrire la suite.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

beux 01/05/2016 13:37

Je l'ai lu mais il y a très longtemps et oui je me rappelle avoir beaucoup aimé également.^^

Laurène 17/04/2016 19:40

Tiens, ta critique me donne l'impression que ce livre ressemble pas mal à un autre roman jeunesse que j'avais trouvé vraiment très bien, "le passeur"; l'as-tu lu?