Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 17:44

L01.jpgLes trois mousquetaires

Alexandre Dumas

éditions Flammarion

1844

 

Il en est de ces classiques que tout le monde connaît sans les avoir lu. Les trois mousquetaires font partie de ces ouvrages. Ainsi, il y a peu, j'aurais pu vous citer le nom des personnages du livre, situer l'intrigue principale et même hasarder quelques suppositions sur le développement de l'action. Pourtant, je ne l'avais jamais lu. Mais ça, c'était avant Les 1001 livres...

D'Artagnan est un jeune gascon fort en gueule qui monte sur Paris, porteur d'une lettre de recommandation pour monsieur de Treville, capitaine des mousquetaires. Les ennuis commencent dès son arrivée près de la capitale, lorsqu'il entre en conflit avec un mystérieux inconnu qui lui vole sa lettre. Cela ne s'arrange pas après son entrevue avec monsieur de Treville puisqu'il parvient à provoquer en duel trois des meilleurs mousquetaires de ce dernier, Porthos, Athos et Aramis..

Difficile de résumer 800 pages d'un roman de cape et d'épée. J'ai été surprise et séduite par l'humour du récit, moi qui n'avais lu que les romans d'Alexandre Dumas fils et qui m'attendais un peu au même ton. Il n'en est rien. Maniant à merveille l'ironie, l'auteur n'hésite pas à se moquer de ses personnages, que ce soit cette tête brûlée de D'Artagnan, l'hypocrite Aramis ou le fat Porthos... Il n'hésite pas non plus à faire évoluer l'action de façon inattendue : ainsi les quatre personnages se font offrir des chevaux très rapides et très chers dont on peut penser qu'ils auront une grande importance dans le récit mais, dès le chapitre suivant, ils les perdent. De même la reine offre un diamant à D'Artagnan qui le chérit... pour finalement le revendre. Le cynisme n'est jamais loin, côtoyant l'intrigue de cour et des sentiments plus nobles. Ce qui frappe dans ce roman, ce sont des rebondissements multiples, dû à sa publication initiale sous forme de roman-feuilleton (oui ça contredit ce que j'ai dit lors d'une précédente note) qui mêlent la petite histoire à la grande. Ainsi, tout en suivant les pérégrinations de nos quatre amis, nous assistons également au siège de la Rochelle, nous croisons l'ambivalent cardinal Richelieu, le faible Louis XIII, la jolie et mélancolique Anne d'Autriche... Enfin, la force du roman tient, outre les personnalités fortes de nos mousquetaires, au personnage de l'inquiétante Milady, dont l'apparition est toujours source d'événements dramatiques. Cette femme sans conscience et sans remords, est d'autant plus dangereuse que son apparence est séduisante : pour Dumas, elle est moins un protagoniste que l'incarnation du Diable, revêtant tour à tour et selon les circonstances le masque d'épouse modèle (Athos), d'amante enflammée (D'Artagnan) d''amie dévouée (madame de Placieux) ou même de vertueuse persécutée (Felton) pour mener à leur chute les autres. Ainsi la répugnance du lecteur à son égard se mêle d'une sorte de fascination pour un personnage qui, au fond, a plus de caractère que l'inconstant D'Artagnan ou la trop sage madame de Placieux.

Voilà en quelques mots Les trois mousquetaires mais je vous invite à vous faire votre propre opinion. Quant à moi je retrouverai d'ici peu Dumas Père avec cet autre classique qu'est Le comte de Monte-Christo.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

Marie 29/05/2016 09:40

J'ai adoré les 3 Mousquetaires quand j'étais ado, et puis j'ai fait une fac d'Histoire... et mon prof d'Histoire moderne m'a ruiné le bouquin: Louis XIII n'était pas faible, le cardinal ne dominait pas le roi, Buckingham n'était pas du tout comme décrit dans le livre... mon enfance a volé en éclat ce jour-là :(

beux 02/06/2016 11:23

Bah moi d'après ce que j'ai lu, Louis XIII était un peu faible tout de même et assez dépendant de Richelieu mais oui après c'est sûr que Dumas brodait un peu beaucoup^^. J'ai eu la même déconvenue après avoir lu le chevalier de la maison rouge de Dumas fils

Nico 23/05/2016 09:55

Effectivement Dumas Père c'est toujours un certain plaisir pour moi, notamment quand j'ai du temps pour en lire d'une traite...
D'ailleurs cette fascination pour Milady m'a conduit à lire l'excellente BD en 2 tomes Milady de Winter d'Agnes Maupré, qui se place de l'autre côté...j'adore le dessin. Et l'histoire...

beux 02/06/2016 11:24

Je prends note des BD. Même si je dois admettre que j'ai pas mal de mal avec la BD "historique" mais à voir pourquoi pas..

Isa 22/05/2016 22:12

Ayant lu les Trois Mousquetaires quand j'étais ado dans l'énorme édition de mon grand-père, je n'ai réalisé que bien après que la version que je lisais regroupait Les Trois Mousquetaire, Vingt Ans Après et Le Vicomte de Bragelonne. Depuis, lorsque des gens disent qu'ils ont lu les 3 mousquetaires, je ne sais jamais s'ils parlent du 1er roman ou de la trilogie.
Le Vicomte de Bragelonne est mon préféré parmi les 3, la fin des aventures des 4 héros est splendide.

Isa 02/06/2016 18:39

Je ne voudrais pas te spolier du plaisir de le découvrir, sache juste que ça vaut le coup de lire la suite !

beux 02/06/2016 11:24

Tu m'apprends quelque chose! J'ignorais qu'il y avait une suite. Donc moi j'ai juste lu le premier volet de la saga. Que devient D'Artagnan ?

Laurène 31/05/2016 22:11

Ah j'ai beaucoup aimé vicomte de Bragelonne, je crois que c'est également mon préféré, d'autant plus qu'il est long ce qui rajoute au plaisir. Et j'adorais Athos et son fils <3

Jacques C 24/05/2016 21:31

J'ai également un faible pour le Vicomte de Bragelonne, qui a un côté "démystificateur" et qui balaie en même temps une époque importante de l'histoire de France. Ce qui est particulièrement réussi dans ce gros roman (à lui seul aussi long que Les trois mousquetaires + Vingt ans après), c'est le passage d'un personnage à l'autre, d'un point de vue à l'autre, sans répit et sans nous perdre.
Et il est assez amusant de penser que l'évolution de D'Artagnan dans Le Vicomte de Bragelonne correspond presque exactement au D'Artagnan historique (qui était, réellement, un homme de confiance de Louis XIV, qui a, réellement, mené l'arrestation de Fouquet, etc.). L'évolution d'Aramis est plus fantaisiste, mais amusante, et leur dernière rencontre, qui clôt la saga si je me souviens bien, est pleine d'émotion. Il y a dans ce troisième volet une dimension plus tragique (même si elle est aussi présente dans Les trois mousquetaires), plus sensible, plus mélancolique.
Mais le premier volet, "Les trois mousquetaires" proprement dit, reste brillant et sa part de légèreté et d'humour le rend sans doute plus accessible. J'avoue garder peu de souvenirs de Vingt ans après, que ma mémoire relie sans doute inconsciemment au célèbre volet qui précède, ou au plus dense volet qui suit. Quoi qu'il en soit, tout au long de la saga, je garde un faible pour le discret, malheureux et généreux Athos.

Laurène 22/05/2016 19:51

Chouette! J'ai eu une passion pour Dumas étant ado, je me pose la question de les relire maintenant. C'est bête mais j'ai un peu peur de casser le souvenir que j'en ai.
Sinon as-tu lu les fortunes de France de Robert Merle? (dans le style feuilleton historique)

beux 02/06/2016 11:27

C'est amusant sur le coup je t'aurais dit oui, mais après réflexion non, je confonds avec les rois maudits^^ Ceci dit la série traîne dans la bibliothèque de mes parents et je me suis toujours dit que je devrais y jeter un oeil