Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 14:44

L02.jpgElia, la passeuse d'âmes

Marie Vareille

éditions Pocket Jeunesse

2016

 

Dans un monde réparti en système de castes, Elia, seize ans, est née du bon côté de la barrière. Kornésienne (la classe dirigeante) elle est également passeuse d'âmes et se doit donc d'éliminer les membres inutiles de la communauté ainsi que les opposants au régime... Seulement Elia n'est pas comme les autres passeurs d'âmes : elle est capable d'empathie, préfère soigner que guérir aussi, lorsqu'un jour un rebelle lui est amené, un Nosoba (la caste des esclaves) elle le laisse partir. Un acte qui lui vaut à son tour des ennuis et qui la force à s'enfuir dans la région la plus pauvre du pays pour ne pas être recherchée par les siens. Mais est-elle réellement une Kornésienne ?

Le titre est débile et la couverture n'est franchement pas terrible : c'est bien dommage parce que tout le reste est une réussite. Le monde créé par Marie Vareille, bien que vu et revu, est intéressant, un peu caricatural par endroits mais compensé par des personnages attachants et une écriture fluide et agréable. L'intrigue est menée avec beaucoup de dextérité (le suspens est maintenu jusqu'au bout) avec des descriptions très réussies. On s'attache à Elia et on s'interroge sur ses mystérieuses origines. De fait, la fin est frustrante car elle nous laisse en plan, avide de découvrir la suite mais quand ? Bien que française, l'auteur a un univers très anglo-saxon : il y a des maîtres et des esclaves, des très riches et des très pauvres, des rebelles et des prophéties, un triangle amoureux qui se profile, des combats et des traîtrises... C'est efficace, rien à dire et, sous ses dehors qui ne paient pas de mine, Elia la passeuse d'âmes, à défaut d'être follement originale, s'annonce comme une série prometteuse dont j'attends en tous cas avec impatience la suite.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires