Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 14:42

Hurlevent

Emily Brontë

éditions Folio

1847

 

Lockwood, nouveau locataire d'une maison perdue au milieu de la lande, décide de rendre visite à son propriétaire Heathcliff qui vit à côté, à Hurlevent, une demeure sinistre battue par les vents. Il y est reçu très froidement, aussi bien par Heathcliff que par sa belle-fille et son neveu et passe une nuit épouvantable dans une chambre qui semble hantée. Intrigué par cette famille, il se fait alors raconter l'histoire de Hurlevent par la gouvernante :  tout commence le jour où Earnshaw ramène de l'un de ses voyages un jeune garçon malingre qu'il a recueilli dans la rue, un dénommé Heathcliff. Si le fils de Earnshaw voit l'arrivée de l'enfant d'un mauvais oeil, ce n'est pas le cas de sa fille Catherine qui se lie presque immédiatement d'amitié avec lui. Les années passent : Catherine et Heathcliff sont inséparables jusqu'au jour où la jeune fille tombe sous le charme du charmant voisin Edgar Linton.

Ceux qui ont lu Twilight et qui lu après Hurlevent, présenté comme "le livre préféré d'Edward et de Bella" (oui oui un éditeur a osé mettre ce bandeau là) ont dû être sacrément surpris. Il n'y a en effet rien de mignon et de sucré dans cette romance sauvage qui met en scène la passion dans ce qu'elle a de plus brut ; la haine, l'amour, la vengeance, tout est amplifié, exacerbé dans des décors hostiles et isolés. Catherine éprouve pour Heathcliff un sentiment animal : elle a besoin de lui physiquement, leurs pensées sont comme connectées. A l'inverse, Linton lui apporte un amour plus raisonnable, plus doux, qui risque moins de la consumer mais aussi de moins la satisfaire. Quant à Heathcliff, tout son être est violent, brutal, il est excessif en tout ce qui le fait pencher dangereusement vers la folie. Hurlevent est moins une histoire d'amour que le récit de passions contrariées, de désirs malmenés et d'une lutte entre pulsions et raison. L'écriture est dense, les descriptions des sommets de Hurlevent, de la lande ou de la campagne isolée renforcent le sentiment de malaise du lecteur. Ajoutez à cela une touche de fantastique (fantômes et apparitions) décors de cimetière et prédictions sinistres et vous aurez une petite idée d'un livre que j'avais toujours cru à tort être une mignonne histoire d'amour mais qui se révèle d'une complexité incroyable. Exemplaire dans le style, violent dans ses effets et ses péripéties, le roman de Emily Brontë n'a ni morale ni réponse à apporter, uniquement la souffrance d'esprits en quête de sens et une noirceur que vient à peine tempérer une fin plus paisible. Si certains lecteurs peuvent se sentir gênés devant un roman qui a presque quelque chose d'impudique dans le sens où tout sentiment est dévoilé et aucun respecté, j'avoue pour ma part avoir été franchement séduite pour ne pas dire émue par un ouvrage sans tricheries et sans fard qui va jusqu'au bout des passions, aussi destructrices soient-elles.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

Ben 24/02/2017 00:52

Bonjour,
Comme beaucoup d'autres visiteurs, je suppose, je ne commente pas souvent. Mais je lis ces chroniques avec assiduité, je lis ou relis les œuvres évoquées et je partage souvent vos avis. Alors je je serais très triste que ce blog se mette en sommeil : qu'est-ce que je vais trouver à lire maintenant ?!
Merci en tous cas pour toutes ces lectures partagées.

beux 27/02/2017 14:16

Bonjour,
Merci à vous pour ce commentaire. Cela faisait quelques temps que j'hésitais à reprendre ce blog (à dire vrai je comptais l'arrêter) et vous avez fini de me convaincre. A bientôt donc pour de nouvelles lectures !