Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 18:42

L01.jpgBiographies animales

Eric Baratay

éditions du Seuil

2017

 

Un ouvrage qui entend se consacrer à des biographies animales... Quand vous entendez ça, sans doute vous imaginez-vous un de ces énièmes livres un peu gnangnans et anecdotiques sur le chien de Stéphane Bern ou le cheval de Henri IV. Il n'en est rien : l'approche de Eric Baratay, historien spécialisé dans l'histoire animale, est beaucoup plus originale. L'auteur divise son livre en plusieurs parties : dans l'une, la plus "classique", il s'intéresse à deux destins animales, celui de la première girafe importée en France sous Charles X et de Warrior, un cheval utilisé lors de la première guerre mondiale. Dans une seconde partie, il nous parle de deux autres animaux mais cette fois en adaptant sa narration au ressenti de l'individu : qu'a ressenti l'âne de Stevenson lors de son fameux voyage dans les Cévennes et quelles étaient les sensations d'un taureau lors d'une tauromachie qui coûta la vie au toréador ? La troisième partie s'interroge sur l'attrait pour certains animaux à une époque donnée en se penchant cette fois sur le cas de deux chimpanzés. Enfin, l'ultime chapitre s'emploie à démontrer l'évolution du chien à travers le portrait de quatre bêtes qui ont noué des relations bien différentes avec leurs maîtres selon les époques.

Le point de vue adopté est résolument celui de l'animal et c'est sans doute ce qui fait la force de cet essai qui par ailleurs explique en substance qu'il existe une histoire animale tout comme il existe une histoire des hommes. Croire que le chien a toujours été ce qu'il est ou que le comportement du chat est demeuré le même au fil des siècles est une grave erreur. A l'instar des humains, l'animal a été amené à évoluer et à s'adapter à un monde en perpétuelle mutation. En s'appuyant sur des individus, Eric Baratay parvient ainsi à esquisser cette évolution. Si l'idée me plaît je suis moins fan de l'écriture qui, pour représenter la perception de l'animal, joue sur les phrases courtes, hachées, les italiques et les redondances : c'est parfois un peu maladroit mais je dois admettre ceci dit que l'effet est réussi. Le lecteur se sent souvent mal à l'aise en se rendant compte à quel point les sensations d'une bête diffèrent de celles qu'on lui prête et les souffrances endurées par l'âne de Stevenson ou le taureau condamné à mort pour assouvir la soif de sang d'humains idiots sont très bien rendues par un auteur qui par ailleurs maîtrise parfaitement son sujet. Un ouvrage instructif pour tous ceux qui de près ou de loin s'intéressent à la cause animale ou plus simplement à l'histoire.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Essais
commenter cet article

commentaires