Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 19:03

L04.jpgRègne animal

Jean-Baptiste Del Amo

éditions Gallimard

2016

 

Quand on part en vacances comme je l'ai fait la semaine dernière, il est bon de prendre un livre léger, court et divertissant. Tout ce que je n'ai pas fait en emmenant avec moi Règne animal de Del Amo.

L'histoire est celle d'une famille d'exploitants, du début à la fin du XXe siècle, "spécialisée" dans l'élevage porcin. Eléonore, enfant au début du récit, matriarche à la fin, est le fil conducteur de ce roman que j'aurai bien du mal à décrire. Un seul mot me vient à l'esprit : glauque. Huis-clos glauque que cette ferme où aussi bien humains qu'animaux sont maltraités, instrumentalisés et réduits à leur fonction reproductrice ou à leur "utilité" : les animaux sont élevés pour leur viande, les hommes travaillent jusqu'à en crever. Et tout ça pour quoi ? C'est peut-être ça le plus terrifiant : rien dans le récit ne semble justifier ce massacre morne ni l'adoucir. La famille ne semble pas tirer fierté de sa propriété ni même cultiver des relations saines. De la mère bigote d'Eléonore au petit-fils qui voue une passion incestueuse à sa soeur, les sentiments sont dévoyés, malsains. Les descriptions sont atroces, d'une efficacité clinique. Bref, c'est glauque. Bien évidemment que c'est pas mal : c'est bien écrit, le récit est mené avec talent et l'auteur, en choisissant à dessein de passer sous silence des éléments de son histoire, crée en parallèle de son intrigue une sous-intrigue, tue par des personnages qui sont de toute manière avare en paroles (les dialogues sont quasi-inexistants dans Règne Animal) C'est donc une réussite littéraire, soyons d'accord. Après, je n'arrive toujours pas à déterminer une semaine après sa lecture si j'ai bien aimé ou non ce roman que je vous déconseille si vous voulez vous remonter le moral.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires