Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 11:20

Tunnels

Roderick Gordon et Brian Williams (2007)

 

 

Quand j’ai emprunté ce livre, je craignais le pire : Par l’éditeur d’Harry Potter ! clamait la 4ème de couverture. Encore un de ces innombrables romans fantastiques pour la jeunesse fabriqués en chaîne depuis le succès du petit sorcier ? Une pâle copie de Rowling ou un monde volé à Tolkien ? Il y en a eu beaucoup ces dernières années.

 

Mais bonne surprise ; pas d’orques dans Tunnels pas plus que d’école de sorcellerie. Ça commence même de la façon la plus banale qui soit : l’histoire d’une famille sans problèmes bien que légèrement excentrique. Il y a le père, archéologue raté qui gâche sa vie dans le musée local que personne ne visite et qui s’amuse à creuser des tunnels dans des terrains vagues dans l’espoir de faire un jour LA découverte qui changera sa vie. Il y a Will l’adolescent albinos de quatorze ans qui partage la passion de son père pour les fouilles et qui creuse également des tunnels avec son ami Chester. Il y a la mère, adepte de la télévision et des petits gâteaux, et, enfin, il y a la sœur, Rebecca, qui veille sur tout ce petit monde, paie les factures et s’assure que chacun mange bien son plat surgelé chaque soir.

Et puis le récit s’accélère : Mr Burrows disparaît dans l’un de ses tunnels après avoir rencontré à diverses reprises des hommes étranges. Son fils se lance aussitôt à sa poursuite avec Chester et tous les deux découvrent alors un monde souterrain, régi par les Styx, des êtres aux pouvoirs terrifiants qui vont les faire prisonnier. L’occasion pour Will d’apprendre des choses sur son passé et sur celui de sa famille….

 

C’est loin d’être un chef-d’œuvre. Le récit est plutôt convenu, le style assez banal, voire maladroit par certains endroits. On peut presque sentir les auteurs hésiter entre l’ironie mordante (le personnage de Mr Burrows, croqué sans aucune complaisance, est indéniablement le plus réussi) et un ton plus conventionnel. L’histoire commence bien mais, dès le moment où les héros descendent dans la colonie souterraine, elle s’enlise pour adopter un désagréable air de déjà-vu : poursuites, péripéties, grands méchants et hommes au grand cœur, héritage familial et passé qui rattrape… Bref, les ingrédients habituels.

 

Cependant, la sauce prend.  Essentiellement parce que le monde créé est une réussite. La colonie souterraine avec sa hiérarchie bien structurée et ses êtres étranges est imaginée de façon juste et réussit l’exploit de paraître réaliste tout en introduisant des éléments merveilleux comme les pouvoirs des Styx ou l’animal de compagnie mi-chat mi-chien. Encore plus remarquable, les auteurs ne prennent pas le lecteur pour un idiot et ne lui épargnent pas les petits cours sur les roches et la spéléologie. Et si le héros Will paraît un peu trop lisse à la fin, il reste tout de même un garçon de quatorze ans qui commet beaucoup d’erreurs, ce qui donne au roman une dimension imprévisible et évite le schéma habituel de l’adolescent boutonneux qui a toujours des idées géniales et qui sauve le monde. Enfin saluons le personnage de la petite sœur, Rebecca, qui pour l’instant demeure mon préféré…

 

L’histoire se finissant en queue de poisson, il est quasiment certain que le roman aura une suite. Espérons que cette dernière soit à la hauteur des promesses du premier volume. En attendant, à vos pioches et bonne lecture !

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Fantastique
commenter cet article

commentaires

Philippe 29/12/2015 17:58

Bonjour,

Je viens d'achever un roman fantastique (Innerlands - L'éveil) qui s'apparente à un univers aussi étrange que celui de la trilogie divergente, Hunger Games ou encore Labyrinthe.
Fantastique sans être irréel.
Je serais heureux de vous inviter à faire un tour sur mon blog "http://innerlands.over-blog.com/".
Vous pourrez y découvrir le synoptique du livre 1, ainsi que le prologue. Vos commentaires seront bien sûr les bien venus.
à bientôt peut-être.