Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 00:16

PAS CE SOIR JE DÎNE AVEC MON PERE

 

Marion Ruggieri

 

 

Il est curieux de remarquer que, désormais, au rayon littérature française, vous trouviez toujours le même style de romans. Un récit toujours écrit à la première personne du singulier, empestant à plein nez la bonne dose de vécu et le nombrilisme le plus primaire. L’action est réduite à son expression minimum et l’intrigue se résume aux états d’âme du narrateur ou de la narratrice. Le pire c’est qu’apparemment c’est le comble du chic et je me souviens bien de mon anéantissement quand après avoir lu un navet, Trois jours chez ma mère, j’ai appris que son auteur avait obtenu le prix Goncourt ! Personnellement je préfère mes romans de gare à ces considérations pseudo-philosophiques  et, si je suis loin d’être fan de Gavalda ou de Barbery, je dois reconnaître qu’au moins ces dernières essaient de construire une histoire plutôt que d’assembler des phrases bout à bout et de voir si ça marche ou pas.

 

Bonne nouvelle pour une fois ; si le livre Pas ce soir je dîne avec mon père tombe malheureusement dans tous les travers que je viens d’énoncer, tout du moins le fait-il de façon potable et si l’on peut déplorer l’absence d’originalité du livre, tout du moins ne s’ennuie-t-on pas trop à sa lecture. L’intrigue tient en quelques lignes. Marion (comme l’auteur, étrange non ?)  a une relation quasi-fusionnelle avec son père tout en étant en perpétuel conflit avec lui. Le père refuse de vieillir, sortant avec des filles de dix-huit ans, s’habillant comme un adolescent et traitant son enfant comme sa copine en ne lui épargnant aucun de ses ébats sexuels. Marion au contraire s’habille comme un être asexué, refuse de grandir, sort avec un homme qui a le même âge que son père et critique son géniteur tout en en étant dépendante. Lors d’un dîner d’anniversaire de ce dernier, elle réalise, flash back et incidents à l’appui qu’il est temps pour elle de s’affranchir de l’homme qu’elle aime et déteste à la fois.


Ça   fleure le complexe d’Œdipe à plein nez (est-ce qu’on utilise cette expression quand c’est l’inverse et que c’est la petite fille qui veut épouser son père ?) et l’auteur en est d’ailleurs parfaitement consciente, jouant même sur ce registre lors d’un flash-back où Marion, petite fille joue à se faire passer pour la compagne de son papa. Mais, ce qui sauve le roman à mon avis, c’est l’humour. La narratrice joue à fond sur la psychologie de bazar, forçant volontiers le trait et les personnages (du père échangiste à la catholique pratiquante qui cloue des crucifix au-dessus du lit en passant par le vieux fiancé père/amant) et créant des situations comiques par un regard désabusé et cynique. Jamais la narratrice ne cherche à se prendre au sérieux et c’est ce qui à mon humble avis fait la force du livre.

 

Maintenant une petite confession ; je crois que je n’aurais jamais accroché à ce livre quelques années auparavant, le balançant avec la même insouciance que j’ai balancé il y a environ cinq ans Une vie française de Dubois. C’était à l’époque un roman que je trouvais plein de considérations oiseuses, bon pour les trentenaires désabusés. Seulement voilà : maintenant j’ai presque trente ans, le même âge que l’héroïne, et je ne peux que m’identifier à ce personnage qui refuse de vieillir et qui a l’impression de voir passer sa vie devant elle tandis que les autres lui ressassent l’éternelle question des enfants et tout le toutim. Génération à qui l’on reproche son désengagement, portrait de la femme qui sait que l’heure tourne mais qui est incapable de l’admettre. Pas ce soir je dîne avec mon père est un premier roman sans conséquence, le regard ironique sur une société aseptisé d’une narratrice elle-même conditionnée. Les plus jeunes s’ennuieront ; les plus vieux détesteront. Les autres, sans être emballés, ont peut-être une chance d’apprécier….

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Gobolinette 11/09/2009 23:20

Oui, c'est sans doute ça. La première fille grecque et meurtrière qui passait à fait l'affaire. Et désolée de dire n'importe quoi, c'est un sport de haut niveau chez moi ^^. C'est aussi pourquoi je commente fort peu, vu que mes textes confinent au degré zéro de l'intérêt.

Bon, j'arrête de vous embêter avec mes digressions, il faut que j'aille m'occuper de mon artichaut dépressif.

Gobolinette 10/09/2009 14:41

Héhé, merci.

Pour poursuivre le sujet, le parallèle m'a toujours semblé douteuse entre Oedipe, qui tue effectivement son père, et épouse sa mère et Electre, qui manipule son frère pour tuer sa mère et son amant parce que ladite mère a tué son père. J'ai toujours eu l'impression que le complexe d'Electre a été nommé ainsi "faute de mieux".

En même temps, je ne suis pas excessivement familière de Freudd, et on n'a pas encore de machine à voyager dans le temps qui lui permettrait d'aller demander dans l'antiquité : "Non, mais il n'y a pas un grec qui voudrait me faire une tragédie sur une fille qui tue sa mère pour épouser son père, c'est pour mes futures travaux, s'il vous plaît, question de symétrie".

Bref, voilà que je dis n'importe quoi ^^.

beux 11/09/2009 11:24


Certes, c'est n'importe quoi mais le coup de la machine dans le temps au milieu de la cité grecque me fait beaucoup rire.
En fait d'un simple point de vue logique j'ai du mal à imaginer une fille assez tarée pour tuer sa mère et épouser son père. Oedipe il avait l'excuse de l'oracle et tout et tout... Du coup je
suppose que par défaut la psychanalyse a pris le personnage de fille meurtrière le plus commode.
ça me fait penser qu'ils ont pas encore fait le complexe de la mère qui tue ses enfants pour les donner à manger au père pour se venger. Comme quoi la tragédie grecque a encore beaucoup à fournir à
la psychanalyse...
Bref, je m'égare à mon tour.


Gobolinette 30/08/2009 23:49

Je ne sais pas si ce commentaire sera vu, vu que le sujet est très ancien, mais quand une petite fille veut épouser son Papa, on appelle ça le complexe d'Electre je crois (ce qui est somme toute assez bizarre mais passons).

beux 10/09/2009 13:36


Si si je réponds, vu que c'est un des rares commentaires raisonnables que j'ai reçu durant mon absence...
Merci pour le terme, je cherchais le complexe. C'est logique remarque puisque qu'Electre pour venger son père fait tuer sa mère mais c'est bizarre quand même...


Lety 02/06/2008 23:20

Bon d'ailleurs tu l'empruntes quand le livre du QI ? ^^ Ça te changera les idées !


Et tu pourras conseiller dans mon rayon un peu (surtout à ta copine blonde au regard pénétrant).

pierrot le vrai 30/05/2008 22:48

héééé, marion ruggieri je connais, elle fait l'emission du matin sur france info "elle se mêle de tout", elle est très drôle. par contre je n'ai pas encore lu ton article. pas preum's, merde ! à demain