Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 22:55

Ouvrages de dames

Françoise Frontisi-Ducroux

Editions Seuil

 

 

Nous avons tous en tête cette image de Pénélope filant en attendant le retour d’Ulysse. Mais que cache cette scène devenue quasiment un stéréotype ? De façon plus générale, quel rapport entretient le mythe gréco-romain avec les travaux d’aiguille et de laine ?

Bon, d’accord, ce n’est peut-être pas une question qui vous empêche de dormir la nuit mais qui a semblé assez importante à Françoise Frontisi-Ducroux pour en faire un essai intitulé Ouvrages de dames et qui se penche sur quelques mythes du féminin « liés à la quenouille et au métier à tisser ». On commence par Ariane qui, par amour pour Thésée, donne à son héros le fil qui lui permettra de s’orienter dans le labyrinthe et de tuer le Minotaure. Ariane est une mauvaise fileuse : trop amoureuse pour être maîtresse de son ouvrage qui en fin de compte est essentiellement « tissé » par Thésée, sa punition est sans appel : elle est abandonnée par Thésée sur une île pour finalement être recueillie par Dionysos, l’ennemi par excellence des femmes au travail. En contrepoint d’Ariane, si j’ose dire, une autre figure féminine, celle de la fille du potier qui trace le contour de l’ombre de son bien-aimé endormi. Là encore, l’ouvrage reste inachevé ; c’est le père qui, grâce au tracé de sa fille, modèle un visage d’argile. A l’opposé de ces « mauvaises » ouvrières, Françoise Frontisi-Ducroux oppose les vraies « dames » des mythes : Hélène la femme aux époux multiples, celle qui tisse et file le drame de la guerre de Troie, Pénélope, Andromaque, Philomèle et Procné et, pour finir, Arachné, la tisseuse qui surpasse les dieux, celle dont la dimension érotique et sexuelle de l’ouvrage dépasse le simple vécu personnel pour devenir une œuvre d’art à part entière. Tout un programme non ?

Je vous ferai grâce de toutes les théories de l’essai, au demeurant fort intéressantes, qui nécessitent plus de temps et plus de courage de ma part. Un peu de pitié c’est lundi aujourd’hui ! Disons que pour tous ceux qui aiment la mythologie gréco-romaine (et c’est mon cas) c’est extrêmement instructif et que le livre, plutôt court, se lit  bien. Après, si vous n’avez pas de passion pour la bouillante Ariane ou la sage (mais pas infaillible comme je le croyais) Pénélope, alors peut-être que cet ouvrage là n’est pas pour vous…

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Essais
commenter cet article

commentaires