Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 11:14

Etats et Empires de la Lune

Etats et Empires du Soleil

Cyrano de Bergerac

Editions Gallimard

 

 

Nous connaissons tous Cyrano de Bergerac en tant que personnage d’Edmond Rostand et ses tirades ont bercé des générations de collégiens et lycéens. Mais quid du vrai Cyrano, l’écrivain français du 17ème siècle délicieusement scandaleux ?

Premier constat qui va en décevoir une ou deux : Cyrano était très probablement homosexuel : point d’amour exalté pour sa jolie cousine ; si Rostand avait voulu coller à la réalité historique, il l’aurait fait fondre pour le beau et timide Christian. Second constat : Cyrano de Bergerac était un auteur novateur.

Dans Les Etats et Empires de la Lune et Les Etats et Empires du Soleil, l’écrivain se plaît à imaginer un voyageur terrien qui découvre successivement la civilisation lunaire puis la civilisation solaire. Description d’une utopie à la manière d’un More ? Que nenni ! La Lune comme le Soleil sont en apparence totalement différentes de notre bonne vieille Terre : l’une est peuplée par des quadrupèdes, l’autre par des oiseaux. Celle-ci est gouvernée par ses représentants les plus stupides, celle-là par les plus doux. Sur la Lune les plus jeunes uniquement sont écoutés, sur le Soleil ce sont des philosophes décédés qui font profiter de leur expérience ceux qui le souhaitent. Mais, au final, les mêmes « défauts » de la Terre se retrouvent : sentiment de mépris pour les autres espèces (le narrateur sur la Lune est traité comme un animal savant tandis que sur le Soleil il manque carrément être mis à mort, coupable d’être « un homme »), intolérance, suffisance, xénophobie…. Poursuivi sur la Terre pour hérésie, le narrateur est tout aussi mal traité sur les autres planètes. Voulant faire profiter des différentes cultures, il n’est au final à sa place nulle part et n’apprend rien de ses voyages, le récit inachevé des Etats et Empires du Soleil se terminant, comble de l’ironie, au moment pile où le voyageur va rencontrer Descartes et avoir enfin avec lui une conversation philosophique ! Cyrano de Bergerac conclut ainsi magnifiquement, bien qu’involontairement, deux romans ancrés dans le courant libertin. Non pas libertin dans le sens sexuel mais dans son sens premier : affranchissement par rapport aux règles établies, que ce soit celles  de la société ou de la religion, pour laisser place à un questionnement ouvert. Le style d’ailleurs est à l’image de l’esprit. Les discours philosophiques sont brutalement interrompus par des plaisanteries graveleuses, les descriptions sont tantôt minutieuses, tantôt expédiées… Le narrateur lui-même apparaît tantôt comme un sage, tantôt comme un fat. Le but de Cyrano est ainsi de plonger son lecteur dans la plus grande confusion et, le privant de repères rassurants, (une narration structurée, un cadre familier) de le forcer à abandonner tous « préjugés » pour aborder le récit d’un œil neuf. Après, on aime ou on n’aime pas. L’œuvre de Cyrano de Bergerac, plus ironique que franchement hilarante, a au moins le mérite de renvoyer à la société du 17ème siècle une image peu flatteuse d’elle-même… Mais ne rions pas trop : car nous risquons nous aussi au détour d’une phrase de retrouver quelques-uns de nos bons vieux défauts…

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

Dr Orlof 14/09/2009 18:54

Cyrano de Bergerac fait partie de ces utopistes azimutés qu'il faut lire et relire car leur prose n'a pas vieilli

"En vérité, je m'étonne, vu combien la religion de votre pays est contre nature et jalouse de tous les contentements des hommes, que vos prêtres n'ont fait crime de se gratter, à cause de l'agréable douceur qu'on y sent..."

"Ces dieux que l'homme a faits et qui n'ont point fait l'homme/ des plus fermes Etats ce fantasque soutien/ Va,va Terentius, qui les craint, ne craint rien."

greg au beau blog 12/09/2009 11:29

AG

beux 12/09/2009 13:10


Tieng


Pascal le Yukka 12/09/2009 09:01

Délicieux... c'est bon de retrouver tes articles ! Merci !

beux 12/09/2009 13:10


Merci c'est très gentil! C'est bien aussi de pouvoir les écrire de nouveau... Vivement que je retrouve mon ordinateur...