Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 09:01

L02.jpgJe suis un phénomène

Elizabeth Atkinson

Alice Eds

 

Faye s'est toujours sentie différente, ne serait-ce que par son prénom qui, accolé à son nom de famille, "Noman" donne le mot "Phénomène". Mais s'il n'y avait que ça! Faye est grande, rousse, très timide et très ordonnée et se sent parfois bien seule: elle n'a pas d'amis dans son école et elle ne ressemble à personne pas même à sa mère, une petite italienne brune qui fait défiler les hommes à la maison et qui se refuse à lui parler de son père. Aussi, quand la famille de ce dernier se manifeste et l'invite à passer un week-end avec eux, Faye y voit l'occasion unique de renouer avec ses origines et d'en savoir un peu plus sur son géniteur. Effectivement, ce week-end va s'avérer riche en émotions et Faye, tout en se découvrant des points communs avec d'autres membres de sa famille va également s'apercevoir qu'elle tient plus de sa mère que ce qu'elle croyait...

C'est ce que je qualifierais de roman mignon, un livre pour ados sans prétentions mais plein de fraîcheur. Les personnages sont amusant, Faye, sa mère mais aussi sa meilleure amie ou les membres de la famille de son père, tante Pat and co. L'histoire est intéressante puisqu'elle met en scène une jeune fille qui, loin de se rebeller, aspire au contraire à une existence plus conventionnelle que la sienne et rêve de se se fondre dans la masse. La rencontre avec la branche paternelle est pour elle l'occasion de combler ce manque, ce qui donne des passages d'ailleurs assez drôle (Faye qui découvre que tous ses cousins sont roux comme elle, l'organisation poussée à l'extrême de sa tante) tout en posant pour la première fois sur sa mère un regard plus indulgent. Le message de l'auteur est clair puisque loin de critiquer l'un ou l'autre mode de vie, Elizabeth Atkinson  montre les avantages et les inconvénients de chacun (la mère de Faye qui oublie régulèrement sa fille mais qui lui apprend l'autonomie, la tante Pat chaleureuse et méthodique mais qui exclut ceux qui ne font pas partie du moule) et ainsi fait comprendre à son lecteur que c'est à son héroïne de se construire sa propre personnalité en prenant ce qu'il y a de meilleur dans ceux qui l'entourent. Seuls bémols: des jeux de mots difficilement traduisibles en français et qui de fait rendent parfois le texte un peu obscur et, surtout, une fin trop conventionnelle, très happy end, avec un gâteau, des larmes, des rires et du bon sentiment, qui tranche avec le reste, beaucoup plus intéressant. A lire quand même va.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires