Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 20:27

L01.jpgGone t.3 Mensonges

Michael Grant

éditions Pocket Jeunesse


 

Retour à nos enfants de Perdido Beach qui, depuis maintenant deux romans vivent seuls, prisonniers de la mystérieuse coque qui encercle la ville. Six mois se sont écoulés depuis la disparition des adultes et le moins que l'on puisse dire, c'est que la situation est loin d'être brillante. Dans le pensionnat à l'écart de Perdido Beach, Caine et quelques poignées de fidèles meurent de faim, condamnés à se dévorer entre eux. En ville même, une guerre civile oppose les humains (les enfants sans pouvoirs) aux mutants (les enfants qui ont développé des pouvoirs après la disparition). La faim se fait tenace malgré les efforts de chacun et la violence est partout.  C'est dans ce contexte difficile que Orsay, l'une des mutantes, affirme que la mort est le seul moyen de quitter la Zone. Divagation, escroquerie, vérité? En tous cas, le conseil de la Zone, composé entre autres d'Astrid le petit génie et de Sam, chef malgré lui, est loin d'apprécier ce type de prophéties qui pourraient mener à une vague de suicides...

Décidément, Gone est une série qui ne nous épargne rien. Après la description de la famine et de ses conséquences, Michael Grant s'attaque à la violence. Qui a dit que seul les adultes pouvaient faire la guerre? Dans la zone, on s'entre-tue gaiement, on vole, on brime et on va même jusqu'à dévorer son semblable. Encore une fois, ce qui est intéressant dans ce récit, ce n'est pas le style, efficace mais rudimentaire (beaucoup de dialogues, des descriptions brèves mais brutales de scènes fortes) mais l'action, qui va crescendo, rythmée par un compte à rebours au début de chaque chapitre et qui de ce fait donne à l'intrigue entière une allure de course contre la montre. Entre-temps, l'auteur s'en donne à coeur joie, éreintant sans pitié tous ses personnages, les décortiquant avec une minutie qui les rend presque réels. La sage Astrid apparaît comme une manipulatrice, le débrouillard Albert comme un calculateur, Sam comme un faux héros terrorisé par les fantômes de son passé et la maternelle Mary comme une folle anorexique. A l'inverse, les méchants font pâle figure: la froide Diane se laisse attendrir, Caine n'est qu'un gosse affamé qui, loin des idées de vengeance, cherche seulement à se nourrir et le chef des humains, Zill, n'est qu'un enfant dépassé par une idée. En bref, tous, les bons comme les mauvais, sont largués et n'aspirent qu'à une chose: retrouver leur ancienne vie... à supposer que cela soit possible. En tous cas, pas dans ce roman-là je préfère vous prévenir tout de suite si comme moi vous étiez persuadés que la série était une trilogie. C'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Mauvaise nouvelle car personnellement, j'aurais bien aimé résoudre le mystère de la Zone et une bonne nouvelle car j'ai de nouveau rendez-vous avec les enfants de Perdido Beach prochainement... enfin ceux qui resteront!

 

Et sur le même thème en attendant:

- Seuls, t. 1 à 5, de Gazzoti et Vehlmann, éditions Dupuis.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

Nath 18/11/2010 20:59


Merci d'avoir lu les trois premiers volumes pour moi... cette série ne me tentait guère... Merci !!!


beux 18/11/2010 21:48



Bah, de rien, je sais que tu n'es pas une fanatique de fantastique...



Jude 17/11/2010 23:03


Je pensais moi aussi que c'était une trilogie... Et je suis du coup bien impatiente de voir ce que donnera la suite. Le mystère s'épaissit...


beux 18/11/2010 18:25



Et le mystère risque de durer! En allant un petit peu sur Internet, j'ai appris que la série ferait 6 volumes en fait...