Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 20:08

L10Richard Yates

Tao Lin

éditions Le Diable Vauvert

 

 

Dakota Fanning et Haley Joel Osment se sont rencontrés sur Internet, au hasard des chats. Depuis, ils entretiennent une relation amoureuse: ils se rencontrent soit chez l'un, soit chez l'autre et, surtout, échangent mails, textos, et bavardent sur Gmail. Dakota Fanning a seize ans, est obèse et a tendance à la boulimie. Haley Joel Osment en a vingt-deux, vivotte plus ou moins avec des petits travaux d'écriture. L'un a un père en prison, l'autre une mère hystérique et un frère dépressif. Les deux aiment voler dans des magasins et parlent souvent de se suicider. Très vite, leur relation prend une tournure étrange: ces deux là n'ont rien à se dire dans la "vraie" vie, incapables de communiquer entre eux autrement qu'en volant ensemble, en mangeant, en regardant des films et, surtout, en dormant beaucoup. Leurs conversations sont essentiellement virtuelles... et déroutantes.

Déroutant, c'est d'ailleurs exactement le terme qui qualifie Richard Yates dans son ensemble. C'est un roman qui, pour commencer, ne s'attache pas aux sentiments des personnages mais pose un regard extérieur sur eux, se contentant de décrire leurs faits et gestes: "ils se sont levés, ils ont bu un smoothie, etc." Les pensées, fugaces, sont toujours rapportées, jamais commentées: "Il songea que..." Ce genre de narration donne un côté très froid, très clinique à l'ouvrage. Il est également difficile de faire la part entre les passages où les protagonistes se voient réellement et ceux où ils s'écrivent car, de fait, les seuls moments où Haley Joel Osment et Dakota Fanning communiquent par plus de deux mots, ce sont les moments où ils sont séparés et à l'abri derrière leurs portables et leurs ordinateurs. De plus, l'écriture ne respecte aucune hiérarchie d'importance, si je peux m'exprimer ainsi. Certes, il y a de nombreuses indications temporelles: "A 9h02, à 04h05, le vendredi..." mais par ailleurs l'auteur prend un malin plaisir à passer très rapidement sur certains événements de conséquence (la première rencontre des deux personnages ou encore leur voyage ensemble en Floride) tandis qu'il fait la part belle aux échanges de mails. Tout est brouillé, le temps lui-même perd de sa force et la narration est hachée, décousue, assez semblable à une gigantesque conversation en ligne. Globalement, Richard Yates nous montre une relation faussée, avec des personnages qui ne semblent pouvoir s'aimer qu'à distance et qui, à vrai dire, ne semblent vraiment intéressants qu'à l'écrit. Dakota Fanning promet monts et merveilles à son amoureux, jure qu'elle va changer ou, toujours dans les extrêmes, annonce son intention de se tuer. Dans la réalité il s'agit d'une petite grosse toujours somnolente. Haley Joel Osment, pareillement, très moralisateur dans ses mails et très exigeant vis-à-vis de Dakota, n'est lui-même qu'un gars un peu paumé, un peu dépressif. Les deux, même ensemble, ne peuvent s'empêcher de se mettre en scène en se photographiant, en se filmant et en se construisant une histoire bancale qui est moins basée sur l'amour que sur un sentiment de solitude commune, la solitude d'une génération qui a perdu l'habitude de communiquer de façon réelle. C'est une histoire intéressante, bien construite, un peu longuette par endroits du fait d'un style très répétitif, mais qui, avec la force d'un coup de poing, nous fait prendre conscience des dangers d'une nouvelle technologie qui, supposée "connecter" les gens, ne sert paradoxalement qu'à les éloigner les uns des autres...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Binomette 13/03/2012 12:28

J'avais justement l'intention de le lire, tu m'en donnes encore plus envie!

beux 13/03/2012 19:46



Ah ah binômette tant mieux si je t'en ai donnée l'envie, je pense effectivement que ça peut te plaire, même si c'est un peu déroutant parfois...