Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 11:46

L01.jpgSans feu ni lieu

Fred Vargas

éditions J'ai Lu

1997

 

Louis Kehlweiler s'était juré d'en finir avec les enquêtes : ancien employé de l'Intérieur, il a raccroché sa veste et n'entend plus se mêler des affaires de la police. C'était sans compter sur Marthe, une ancienne prostituée au grand coeur et une amie proche qui lui ramène un jour son protégé Clément, un accordéoniste un peu simple d'esprit qu'elle a connu étant enfant mais qu'elle n'avait pas revu depuis vingt ans. Le problème c'est que Clément est suspecté pour le meurtre de deux jeunes femmes sur Paris et recherché activement. Après bien des hésitations, Louis accepte d'aider Marthe et cache Clément chez ses trois amis historiens un peu fêlés, le temps de mener son enquête et de découvrir si oui ou non Clément est vraiment le tueur en série que l'on redoute.

Lire du Fred Vargas me donne toujours l'impression de rendre visite à de vieux amis. C'est sans surprise certes mais on passe un agréable moment et l'on retrouve toujours ses personnages favoris. Je dois avouer que les trois "évangélistes" du récit, les historiens célibataires dans leur baraque pourrie, ne sont pas loin de supplanter dans mon coeur Adamsberg, l'autre personnage phare des romans de Vargas. Sans feu ni lieu a cependant une petite originalité par rapport aux précédents ouvrages de notre auteur : ici, il s'agit moins de trouver un coupable que de disculper un innocent, à supposer qu'il le soit. La dynamique du livre est en quelque sorte inversée. Clément a tout du coupable idéal : un peu simplet, imprévisible, inconscient de ses actes, il est victime des préjugés de Louis dès que celui-ci l'aperçoit. Délit de sale gueule ou intuition d'ancien flic? Au lecteur de le découvrir tout au long de cette enquête qui mêle encore une fois situations absurdes et personnages loufoques, histoire et poésie.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Polar
commenter cet article

commentaires