Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 17:13

L02.jpgMensonge romantique et vérité romanesque

René Girard

éditions Hachette

1961

 

Le titre de cet essai littéraire est assez énigmatique : qu'est-ce qu'un mensonge romantique? A contrario qu'est-ce qu'une vérité romanesque? Dans ce livre René Girard s'attaque à la conception romantique. Les romantiques célèbrent le "Moi" en opposition aux "Autres", ce "Moi" qui puise en lui ses propres aspirations et qui se suffit presque à lui-même. Or René Girard s'appuie sur la littérature pour démontrer que le "Moi" romantique est un mensonge. L'homme est un être désirant certes, mais qui ne désire qu'à travers les autres. En s'appuyant sur cinq auteurs, Flaubert avec Madame Bovary, Cervantès avec Don Quichotte,  Stendhal, Proust et Dostoïevski, René Girard élabore la théorie d'un désir triangulaire, c'est-à-dire d'un désir qui naît par le biais d'un médiateur : Don Quichotte veut devenir un chevalier comme le héros de roman Amadis, Madame Bovary aspire à ce qui lui dictent ses lectures parisiennes, Julien Sorel n'est amoureux de Mathilde que parce qu'elle est désirée par les autres... L'objet du désir a en soi moins d'importance que le médiateur lui-même. Plus la médiation est lointaine et reconnue (René Girard la qualifie "d'externe") plus le héros est "lucide" dans ses désirs (aussi paradoxal cela peut-il sembler, Don Quichotte serait plus sain que les héros de Proust ou Stendhal car il revendique clairement son admiration pour Amadis) et plus le médiateur apparaît comme un personnage lointain et bienveillant, semblable à un Dieu qu'on ne peut remettre en cause. A l'inverse, plus le médiateur est proche, plus le désir dissimule sa véritable nature, plus le médiateur peut tomber facilement de son piédestal et plus les sentiments deviennent confus, entre amour et haine, servitude et pouvoir, sadisme et masochisme et font des héros de Dostoïevski par exemple des êtres tourmentés, voire possédés. La passion romantique de ce fait est un mensonge car, pour Girard, la véritable passion est celle qui ne transfigure pas. Pris au piège de leurs propres désirs, ce n'est qu'en les reconnaissant et en lâchant prise que les héros peuvent espérer se débarrasser de leurs illusions  comme Don Quichotte sur son lit de mort ou madame de Clèves fuyant le duc de Nemours par crainte que l'amour de ce dernier pour elle ne survive pas au manque d'obstacles.

C'est un peu compliqué je ne vous le cache pas et, même après trois semaines de vacances, j'ai trouvé le texte particulièrement difficile à appréhender. Ce dont je viens de vous parler n'est qu'une petite partie de la pensée de Girard qui parle aussi de l'existentialisme (ça n'avait pas l'air d'être un grand ami de Sartre) en abordant la notion de liberté et de la Révolution qui, en supprimant le droit divin a plus ou moins aboli la notion de médiation externe.  En bref, René Girard s'appuie sur la littérature pour nous montrer que notre monde est de plus en plus aliéné à mesure que différences sociales et culturelles s'abolissent (on pourrait penser le contraire pourtant) allant jusqu'à la folie des personnages de Dostoïevski. Voilà. J'espère n'avoir pas dit trop de bêtises en parlant de cet ouvrage fort intéressant que je vous encourage à compulser si vous avez du temps et de la concentration...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Essais
commenter cet article

commentaires