Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 17:59

L08.jpgLes Chouans

Honoré de Balzac

éditions Maxi-poche

 

Il y a une quinzaine d'année, après avoir lu et relativement apprécié quelques oeuvres de Balzac (Le Père Goriot, Eugénie Grandet, Le lys dans la vallée) j'ai décidé dans un grand élan enthousiaste d'attaquer l'intégralité de la Comédie Humaine. Je n'ai jamais dépassé Les Chouans. Aujourd'hui, pris de ce même élan enthousiaste, j'ai recommencé et lu de nouveau Les Chouans. Je comprends désormais pourquoi je n'ai pas poursuivi dans ma lancée à l'époque. Je vais être vulgaire, veuillez me pardonner, mais Les Chouans... et bien c'est chiant (c'était pour la rime).

Nous sommes en la glorieuse année 1799 ou, si vous préférez en l'an VIII. L'époque de la Terreur est passée, mais les guerres civiles font encore rage, en particulier en Bretagne ou les Chouans mènent la vie dure aux Républicains. A la tête des rebelles, le Marquis de Montauran, alias le Gars, qui tente d'imposer son idéal monarchique à des paysans un peu brutes épaisses. Le chemin du Gars lui fait croiser celui de mademoiselle de Verneuil; tous deux tombent éperdument amoureux l'un de l'autre. Mais mademoiselle de Verneuil est-elle vraiment ce qu'elle prétend être?

Une histoire d'amour impossible sur fond de guerre, c'est un grand classique. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, Balzac ne souhaite pas faire l'éloge des Chouans, pas plus qu'il ne dresse un portrait idéalisé des Républicains. Tous sont mis à la même enseigne et décrits de la même façon. Si des personnages comme le Marquis de Montauran ou le commandant Hulot, tous deux adversaires, suscitent la sympathie, il n'en est pas de même pour Pille-Miche (chouan) ou Corentin (républicain) La guerre civile aux yeux de l'auteur semble plus une boucherie absurde qu'un réel combat idéologique et l'histoire d'amour qui se greffe dessus revêt alors une dimension d'autant plus tragique... C'est en tous cas le souhait de l'auteur car, personnellement cette histoire d'amour m'a laissée de marbre. Les déclarations brûlantes des protagonistes se perdent dans de longues descriptions (j'avais oublié ça aussi tiens, les descriptions de Balzac) et même  les combats sanglants réussisent à être ennuyeux. Il y a dans ce récit un côté très théâtral, très froid, qui de ce fait ne suscite aucune émotion, aucune empathie. Les personnages, les décors, tout semble terriblement abstrait et artificiel. Premier "vrai" roman de son auteur qui le décria d'ailleurs par la suite, Les Chouans ne présente à mon sens aucun intérêt réel à part peut-être pour les passionnés de la Révolution (et encore, la documentation de Balzac sur le sujet n'a pas été non plus très poussée). Il faut cependant que je poursuive cette fois la Comédie Humaine (pas tout de suite rassurez-vous) histoire de ne pas avoir à me payer de nouveau une troisième fois ce puissant somnifère d'ici une vingtaine d'années...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires