Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 18:01

L02.jpgQui suis-je et, si je suis, combien?

Richard David Precht

éditions Belfond

 

A la question qu'un professeur nous avait posés lors d'un cours d'initiation: "Selon vous à quoi sert la philosophie?" je me rappelle avoir répondu: "A rien: c'est un exercice qui consiste à se taper la tête contre un mur." Je le pense toujours: un philosophe avance une chose, douze autres avancent aussitôt douze contre-arguments. C'est un domaine qui me déprime plus qu'il ne m'intéresse; je suppose que la discipline a le mérite de pousser à la réflexion, ce qui n'est assurément pas du luxe de nos jours, mais la réflexion est sans arrêt détournée, nuancée, argumentée puis contre-argumentée. En bref, ça me rend folle.

Dans un souci cependant de ne pas mourir totalement idiote, je me suis plongée dans l'ouvrage du philosophe (ça sonne classe non?) Precht: Qui suis-je et, si je suis, combien? Le livre, best-seller en Allemagne et gros succès en France, se veut comme un voyage en philosophie, sorte d'initiation à la manière du Monde de Sophie de Gaardner. Bon, ça tombe bien, j'avais apprécié ce dernier. L'ouvrage est construit à la manière d'une dissertation, soigneusement découpé en trois chapitres basés chacun sur les interrogations kantiennes: qui suis-je? Que dois-je faire? Que suis-je en droit d'espérer? Dans la première partie, Precht essaie de définir plus ou moins l'homme: qu'est-ce qui le caractérise? A-t-il une âme? Il traite ainsi du conscient et de l'inconscient, de la psychanalyse et des neurosciences... Dans un second temps, que dois-je faire? l'auteur s'interroge sur les grands débats contemporains: faut-il manger de la viande? Quid de l'euthanasie et de l'avortement? Du clonage ou de l'écologie? Enfin Precht conclut son livre par des thèmes plus métaphysiques si j'ose dire (que suis-je en droit d'espérer?) : l'amour et la mort, Dieu et la nature, le sens de la vie et l'art du bonheur...

Impossible de trouver livre de philosophie plus clair et plus structuré et, si certains pourraient trouver la présentation quelque peu scolaire, j'ai apprécié ce côté didactique ainsi que la présentation d'idées comme l'existentialisme ou l'utilitarisme qui jusque là étaient pour moi des données assez floues. Si Precht est professeur, il doit être plutôt intéressant, assurément plus que le vieil homme que j'avais en terminale. J'ai apprécié également  le style, l'analyse historique ainsi que les petites histoires dont Precht nous gratifie pour introduire à chaque fois son argumentation. Sur le fond, je suis beaucoup moins enthousiaste. L'auteur s'appuie énormément sur les neurosciences, un peu trop, et ne présente guère lui-même d'idées innovantes, se contentant d'enfoncer des portes ouvertes et de rester toujours dans un politiquement correct assez confortable. Certains chapitres sont extrêmement intéressants: la bioéthique ou le végétarisme. D'autres sont à l'inverse ratées: celui sur l'amour est une catastrophe et celui intitulé "Peut-on apprendre à être heureux? " est uniquement une transcription de la pensée d'Epicure. C'est un peu dommage car cette inégalité nuit à l'ensemble. Pour résumer, ce voyage en philosophie est plutôt sympathique mais pas inoubliable et je pense que pour ceux qui aiment vraiment la discipline et qui sont calés là-dessus, il ne présente strictement aucun intérêt... Heureusement, je ne fais pas partie de cette catégorie...

 

 

PS: Je profite de cette note pour relayer une opération: le centre de recherche de lutte contre le cancer de Lorraine organise un concours ouvert à tous les artistes en herbe: il s'agit de réaliser des oeuvres (peinture, sculpture...) qui seront ensuite vendus aux enchères au profit de l'association. Vous trouverez tous les détails sur ce lien: http://www.alexisvautrin.fr/cav/images/local/skin/pdf/pla_artistescontrecancer_100319.pdf

Oui je sais la pub c'est mal mais une fois n'est pas coutume et c'est pour la bonne cause.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Essais
commenter cet article

commentaires

Pascal le Yukka 17/04/2010 09:34


Ce n'est pas de vraie pub quand ça ne pousse pas à la consommation, alors tu peux aller en paix.
Onfray avait rédigé un Antimanuel de Philosophie aussi, très clair et illustré ; avec celui de Precht, c'est typiquement le genre d'ouvrage à mettre entre les mains d'un élève de terminale, idéal
pour les néophytes. Après bon, c'est vrai que lorsque l'on arrive à lire Kant dans le texte...


beux 17/04/2010 19:45



Je ne fais pas partie de cette catégorie! J'aurais déjà je pense du mal à lire Kant en français...


Pour Onfray il paraît que son premier ouvrage était intéressant, mais j'avoue que le personnage m'est antipathique au possible donc j'aurais je pense du mal à me plonger dans cet auteur...