Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 15:11

L03.jpg1Q84

(livres1 et 2)

Haruki Murakami

éditions Belfond

2009

 

 

Nous sommes au Japon, en 1984. Une jeune femme, Anomamé, engagée par une vieille dame, tue des époux violents en faisant passer leurs morts pour accidentelles. Pendant ce temps, Tengo, un modeste professeur de maths, écrivain à ses heures perdues, accepte de réécrire le roman prometteur d'une jeune fille de dix-sept ans. Tous deux ne semblent avoir rien en commun si ce n'est leur extrême solitude, pourtant ils sont liés. Leur destin les entraînent dans une direction inconnue et, tandis qu'ils glissent dans un monde parallèle, le monde de 1Q84, monde des Little People et des deux lunes, leur passé commun resurgit...

A dire vrai, 1Q84 a été une petite déception. Si Murakami a parfois flirté avec le fantastique et le merveilleux, il l'a toujours fait avec une certaine finesse et beaucoup de naturel. Or, 1Q84 est un roman lourd. Nous ne sommes plus dans la suggestion mais dans la démonstration. L'auteur s'emploie à plusieurs reprises à souligner l'insolite et le surnaturel de l'histoire et donne au récit un côté artificiel que ses précédents romans n'avaient pas. L'intrigue en elle-même n'est pas forcément des plus intéressantes, diluée dans deux tomes (le troisième sortira en France en 2012) et très orientée SF. J'ajoute à cela que je ne suis pas non plus fan des termes anglo-saxons qui émaillent le roman, lui donnant l'allure d'un mauvais film d'action américain, tout comme d'ailleurs Aomamé, figure justicière d'une féminité bafouée. Bref, à de nombreuses reprises, je me suis demandée comment diable un auteur que j'aime beaucoup d'habitude a pu se lancer dans une entreprise pareille. Bon, il faut relativiser: c'est du Murakami tout de même et le style est toujours là. De plus, 1Q84 réserve de très jolies scènes: les scènes où Aomamé contemple les deux lunes, celles où Tengo se remémore l'histoire du jeune homme et de la ville aux chats... ce sont dans ces passages clair-obscurs (description d'un jardin d'enfants au clair de lune, ville endormie, souvenirs en noir et blanc du passé des deux héros, rêves...) que l'auteur réaffirme avec force son talent pour un univers poétique et onirique dont, à mon humble avis, il ne devrait pas sortir. Reconnaissons-le: 1Q84 est une entreprise audacieuse, le désir d'un auteur de prouver qu'il peut se renouveler mais, pour ma part, en attendant de lire le dernier volet, c'est un roman en demi-teinte loin d'atteindre le niveau des précédents romans de Murakami.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires

fabien 07/11/2011 23:38


alors je pensais que tu voyais les adresses mail des gens comme je rentre la mienne dans la case et je n'avais pas vu le bouton contact, je fait tout suite ! (en fait pas tout suite mais bientot


fabien 07/11/2011 09:57


eh bien ça a l'air... surprenant comme livre effectivement le troisième peux compléter le total.

ps ah au fait, j'ai fini les mémoire de boyington (le premier des livres dont je t'avais parler sur les commentaires, si tu m'envoie un mail, je pourrais te donner ma modeste contribution sans te
surcharger les commentaires


beux 07/11/2011 21:19



A voir ce que donnera le troisième volume... Oui surprenant est le terme approprié je pense...


Pour les mémoires de Boyington effectivement ça m'intéresse! Bon je n'ai pas trop envie de mettre mon adresse mail dans les commentaires que tout le monde consulte pour le coup mais par contre,
tu peux m'envoyer tes impressions en cliquant sur "contact" tout en bas du blog (juste en dessous du chat qui course le lapin) ça me renvoie sur ma boite mail. Merci beaucoup!



fl. 05/11/2011 18:43


'la ville auX chats".
Pour ne pas faire que dans le desagreable, je dois ajouter que vous etes la principale source de mes lettres au Pere Noel. Je vous dois beaucoup de bonnes lectures, et je pense que vous m'en avez
evite de mauvaises. Nous partageons des gouts similaires - sauf pour Murakami, qui m'a toujours semble un peu creux...


beux 07/11/2011 21:13



le pire c'est que j'ai relu cette phrase en me disant qu'il y avait quelque chose qui clochait! C'est corrigé... Et merci aussi pour le commentaire gentil...