Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 19:43

L02.jpgCadres noirs

Pierre Lemaître

éditions Calmann-Lévy


 

Alain Delambre est chômeur depuis quatre ans. Ancien cadre DRH licencié lors du rachat de son entreprise, il approche de la soixantaine et subsiste grâce à des petits boulots plutôt humiliants. S'il ne trouve pas du travail, sa femme et lui seront obligés de revendre leur appartement pour en prendre un plus petit. Mais voilà qu'un miracle arrive: un employeur potentiel se présente, semblant plus qu'intéressé par son profil. Le hic? Une épreuve de recrutement qui se présente sous forme de jeu de rôle; Alain et les autres candidats vont devoir participer à une fausse prise d'otages afin de tester des cadres. Un jeu malsain s'il en est, mais Alain est si désespéré qu'il ferait n'importe quoi; perdre toute dignité aux yeux de sa famille, emprunter de l'argent, marcher sur les autres s'il le faut, tout pour réussir ce test et avoir le travail! Ce qu'il ignore, c'est que les dés sont pipés...

Pierre Lemaitre m'avait déjà passablement intriguée avec le livre Robe de mariée mais il me marque encore plus avec Cadres noirs. D'un point de vue stylistique c'est en effet extrêmement intéressant. En lisant la quatrième de couverture, on s'attend plus ou moins à une fausse prise d'otages qui devient réelle mais voici que l'intrigue prend une tournure tout à fait inattendue! Le découpage de la narration est également, comme dans son précédent roman, assez particulier. A vrai dire, je trouve ça plutôt inégal: il y a pas mal de longueurs et la narration est tour à tour captivante et profondément ennuyeuse. Quant au héros, il n'est pas attachant pour un sou. Mais là encore, n'est-ce pas un fait exprès? Pierre Lemaitre nous dresse le portrait d'un homme qui connaît le monde de l'entreprise et ses rouages et qui, loin de le saborder, aspire plus que tout à le retrouver. Nous sommes ainsi partagés entre la compassion envers ce chômeur, bon père de famille un peu dépassé et l'exaspération envers cet homme asservi à un système qui l'a rejetté, si obnubilé par l'argent et le travail qu'il est prêt à tout même au pire. Personnage complexe, que personnellement j'ai du mal à trouver sympathique, il n'en demeure pas moins extrêmement réaliste. Le monde de l'entreprise est également très bien vu ainsi que la radio qui intervient régulièrement tout au long du récit pour annoncer des licenciements  ou des restructurations... Plus besoin de tueurs en série armés de fourches ou de complots judéo franc-maçonnique pour faire un bon polar bien angoissant. Notre société est devenue si aliénante qu'elle crée elle-même des robots prêts à marcher sur le cadavre de leurs semblables! Vous en doutez? Moi pas (surtout depuis que je travaille avec mon directeur) Dans Cadres Noirs, Alain Delambre n'est pas qu'une victime; il est également un bourreau qui sans le savoir travaille tout aussi activement à sa perte et à celle de sa famille que les "méchants" de l'histoire. Ainsi, si Pierre Lemaitre n'est pas encore forcément au point dans son style, il compense largement par son originalité et par une analyse psychologique efficace mais douloureuse qui nous rappelle que l'argent et l'ambition peuvent souvent conduire au pire...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Polar
commenter cet article

commentaires

Lyla 26/04/2010 20:22


Bonjour,

Tout d'abord bravo pour ce blog captivant et vos critiques toujours très complètes et riches. Je dois aussi vous féliciter de la part de mon ami qui vous lis aussi pour votre rapidité de lecture et
votre productivité (pour lui avoir lu Au bord de l'eau et avoir édité un billet si complet en si peu de temps mérite une médaille). ^^

Maintenant ce post-ci. Je n'ai pas lu ce livre mais vous m'avez convaincu de le faire, surtout qu'il me rappelle un film espagnol que j'ai vu il y a quelques année "El Metodo". Le principe est un
peu le même. Dans une espagne rongée par les grèves et le mécontentement social une petite troupe de cadres est convoquée à passer une série d'entretiens assez peu conventionnelle. Personne ne les
reçoit, tous sont enfermés dans un grand bureau où des épreuves leur arrive par ordinateur et chaque test est un moyen d'éliminer la concurrence. Sublimement cynique. Donc je vais lire Cadres Noirs
pour voir si je ressens la même chose que pour ce film.

Encore merci pour ces pages...

Cordialement
Lyla


beux 27/04/2010 19:16



Et merci pour le commentaire! C'était vraiment très gentil... Sincèrement je n'ai pas gardé un souvenir très douloureux de "Au bord de l'eau" En revanche, j'avoue qu'il y a certains livres avec lesquels j'ai beaucoup plus de mal. (ça fait près de trois ans que j'essaie
de lire le premier tome de La Méditerranée de Braudel)


Sinon, concernant Cadres noirs, j'espère que vous ne serez pas déçue: en effet, si vous êtes comme moi, vous pouvez vous attendre à une intrigue qui au final ne se passe pas du tout
comme vous l'avez imaginée. On s'attendrait à une sorte de huis clos qui tourne au massacre alors que le livre part dans une toute autre direction.... Mais il faut admette que c'est très
original. Si vous le lisez, revenez dire ce que vous en avez pensé! A bientôt



agnes 24/04/2010 22:10


Bravo pour votre critique. Je suis tout à fait d'accord avec votre commentaire, notamment sur le fait que l'auteur parvient à nous intéresser à une histoire portée par un personnage peu
sympathique. Quand vous écrivez qu'il "n'est pas encore forcément au point dans son style", je vois mal ce que vous voulez dire... J'ai notamment été très impressionnée par la scène à trois points
de vue pour deux personnages et de nombreuses autres trouvailles assez peu visibles mais qui montrent au contraire, une maîtrise étonnante. On peut s'ennuyer, cela depend de chacun, mais c'est
autre chose...
Cordialement
Agnes


beux 25/04/2010 12:00



Merci à vous pour votre commentaire, il était aussi très intéressant à lire! Je m'explique pour le style. Je trouve que oui, effectivement, il y a énormément de recherches et de trouvailles et
que ça tranche indiscutablement avec le roman policier de base. Après, contrairement à votre sentiment, je trouve que ça manque encore de maîtrise. Le rythme m'a parue très hâché et le début de
l'histoire long à démarrer... Effectivement, en en parlant avec une collègue, celle-ci m'a expliquée qu'elle aimait beaucoup le sens du détail de Lemaitre alors que je le trouve à l'inverse
parfois trop pointilleux. Mais Cadres noirs en tous cas a eu le mérite de susciter le débat! Il faut absolument par contre que je lise Travail soigné du même auteur...