Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 12:07

L09.jpgMortimer

Terry Pratchett

éditions Pocket

1987

 

A dire vrai, c'est avec le premier tome La huitième couleur que j'avais commencé à lire Pratchett. Pour abandonner pour quelques temps l'auteur je l'avoue : oui, c'était drôle, oui c'était burlesque, mais il manquait quelque chose. Quelques mois plus tard, je récidivais mais cette fois avec un autre titre, plus avancé dans la série : Mortimer. Bien m'en prit car c'est cet ouvrage qui m'a donnée le goût de lire dans son intégralité Les annales du Disque-Monde.

A la foire à l'embauche, Mortimer reste seul et bien malheureux : personne ne veut l'engager. Il faut dire que c'est un garçon étrange, tout en bras et en jambes, à la logique curieuse, plein de bonne volonté mais pas franchement dégourdi. Mais, sur les coups de minuit, un employeur se présente finalement : la Mort, ni plus ni moins, qui souhaite l'engager comme apprenti et accessoirement le préparer à sa succession. C'est sans compter sur les talents de Morty pour tout gâcher...

Pourquoi faut-il lire Mortimer? D'une part parce que c'est le premier ouvrage de Pratchett où la Mort ne se contente pas de faire de la figuration mais joue un rôle à part entière et il faut dire ce qu'il est, la Mort chez Pratchett est drôle, être totalement dépourvu d'humour parlant en majuscules, aimant les chats et faire la cuisine. Les autres personnages du livre sont tout aussi drôles que ce soit l'apprenti maladroit, la princesse caractérielle ou encore Isabelle, la fille de la Mort, amatrice de lectures sentimentales et se prenant elle-même pour une héroïne éthérée de romans à l'eau de rose, ce qui serait crédible si elle pesait quarante kilos de moins. Un casting de choix pour une intrigue rondement menée, fluide, et qui, contrairement aux trois premiers ouvrages de la série ne se présente pas comme une successions de rebondissements mais réellement comme une histoire continue avec une fin pour le moins imprévue. On ne s'ennuie pas un instant et on rit beaucoup tout en ayant cependant dans Mortimer une légère mélancolie pas forcément désagréable. Soulignons enfin toutes les jolies trouvailles de l'univers de la Mort : les livres qui s'écrivent eux-même, la salle des sabliers de vie, les noeuds de l'univers... Et si avec tout ça vous n'êtes pas tentés, je ne peux plus rien pour vous !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Isa 11/09/2014 19:15

C'est également un de mes préférés. Ta critique m'a donné envie de le relire, mais comme c'est un de ceux que j'ai toujours trouvé en bibliothèque et donc jamais acheté, je me suis rabattue sur Le
Père Porcher, un autre où la Mort joue un rôle important.

beux 14/09/2014 12:32



Je l'ai lu aussi mais il m'a moins marqué. Ceci dit, comme j'ai recommencé toute la série, je vais être amené à m'y replonger.



Manicola 11/09/2014 18:16

Bonjour ,

J'ai eu le même problème que toi avec les premiers tomes et j'étais prête à abandonner mais toi et Boulet vous m'avez conseillé, sur un précédent post, de continuer avec Mortimer. Et vous avez bien
fait ! C'est de loin mon favori. C'est très drôle et j'ai beaucoup aimé les personnages. Merci ! Je continue...

beux 14/09/2014 12:31



Bonjour,


Très contente que tu persévères! Mortimer est sans doute mon favori mais j'avoue avoir aussi un petit faible pour "Carpe Jugulum" du même auteur.



Fieffé bibliophile 11/09/2014 07:59

Salut ! Voici un moment que je suis ton blog avec intérêt et je dois dire que tes avis m'ont aiguillé sur quelques bonnes surprises, du style : l'homme qui savait la langue des serpents de A.
Kivirähk (qui a plus marché en France qu'en Estonie d'ailleurs). A mon tour de te conseiller, si tu as le temps, "Les fantômes de Belfast" de Stuart Neville, thriller nord-irlandais sorti en 2012,
très sombre, à l'irlandaise, un peu commercial mais le fait est là : impossible de le lâcher. Bonne continuation !

beux 14/09/2014 12:30



C'est noté! Merci pour le conseil et pour le commentaire... A très bientôt!