Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 12:03

L02.jpgL'agneau

Christopher Moore

éditions Gallimard

2002

 

 

Tout commence avec l'ange Gabriel, sommé par le Très-Haut d'aller ressusciter à Jérusalem un gars mort il y a plus de deux mille ans. Mais il ne s'agit pas de n'importe qui: il s'agit de Biff (littéralement en anglais, La Beigne, de par sa capacité à recevoir des coups) le meilleur ami du Christ. Dieu trouve en effet que les évangiles sont un peu pauvres et que ce serait bien pour les hommes d'en avoir un autre. Voilà donc Biff coincé dans un hôtel avec pour seule compagnie l'ange Gabriel, amateur de séries télé, et contraint d'écrire sa vie et celle de Jésus, alias Joshua, l'ami avec qui il a partagé toutes les aventures. Et quelles aventures! De Nazareth à la Chine, Biff et Joshua voyagent, Joshua cherchant à déterminer s'il est vraiment le fils de Dieu, Biff l'accompagnant et expérimentant pour son ami tous les péchés que celui-ci ne peut pas commettre mais souhaite comprendre.

Ouvrage déjanté, L'agneau n'a rien d'un pamphlet anti-religieux ou d'un récit satirique. Gentiment anachronique par endroits, humoristique, il se rapprocherait plus à mon sens d'un film comme La vie de Brian des Monty Python (si vous n'avez pas encore vu ce film honte à vous) Il nécessite même une certaine culture religieuse pour apprécier à sa juste valeur le personnage de Jean le Baptiste qui manque de noyer ses fidèles ou Gaspard, le mage bouddhiste qui apprend à Joshua l'art de la sagesse oriental. De même certains épisodes pourraient paraître obscurs à ceux qui n'ont jamais lu le Nouveau Testament. Etant raisonnablement calée dans ce domaine, j'ai pu apprécier je pense à sa juste valeur un livre vraiment très drôle servi par des protagonistes intéressants: Biff, l'indécrottable mais fidèle compagnon, Joshua, naïf et tourmenté, Maggie, passionnée et cynique... sans oublier évidemment l'ange Gabriel dont la bêtise fait beaucoup rire . Le seul point noir de ce livre, c'est qu'il est trop long. Près de 700 pages pour imaginer l'enfance et la jeunesse du Christ,  ça finit par lasser d'autant plus que l'auteur, ne pouvant pas toujours jouer sur la carte de l'humour s'essaie parfois à un registre plus grave (le sacrifice des agneaux à Pâques, la mort de Jean-Baptiste) au demeurant avec succès, mais toujours de façon timide, sans oser vraiment mélanger les genres. C'est dommage car je pense vraiment que le mélange aurait pu marcher, l'auteur ayant un style agréable. Ceci dit j'ai bien ri et pour une lecture du dimanche, L'agneau est tout à fait recommandé...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Quentin M. 29/08/2011 21:28


Huhu... :) En tout cas, le sujet ne manque pas d'originalité ! J'ai bien envie de voir ce que ça donne... Je l'ajoute à ma liste de bouquins à lire !

Merci !


beux 06/09/2011 20:22



C'est déjanté... Il paraît aussi que Moore en a écrit un autre, tout aussi original "Le lézard lubrique de Mélancolic Cove"(un titre pareil ça ne s'invente pas) A lire!



Boulet 28/08/2011 13:36


Ha ! Content que tu l'aies lu enfin !
Moi je ne l'ai pas du tout trouvé trop long, au contraire ! Je trouvais qu'il y avait un très bon équilibre entre les passages drôles (voire hilarants: Biff qui se fait une cabane en moines, j'ai
adoré !)et les passages émouvants...
Bref une lecture que je recommande souvent !


beux 29/08/2011 20:15



Hi hi je savais que t'allais laisser un commentaire...


Oui Ok j'admets aussi avoir beaucoup ri.(moi c'est la rencontre avec Jean Baptiste ado qui m'a beaucoup amusée) après j'ai trouvé toute l'escapade de Joshua en Orient pas forcément passionnante
tout du long... Ceci dit, oui je le recommanderai aussi (il faut d'ailleurs que je file le titre à Amélie)