Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 19:45

L01.jpgLe Guépard

Giuseppe Tomasi Di Lampedusa

éditions Points

 

 

Le prince de Salina est un aristocrate sicilien issu d'une noble lignée dont le blason est un guépard. Il mène une vie oisive entourée de nombreux enfants, d'une femme tour à tour hystérique et mollasse, et de maîtresses plus ou moins accommodantes. Sa passion c'est l'astronomie, une passion qui lui permet de trouver un dérivatif à son ennui. Mais nous sommes en 1860: les troupes de Garibaldi débarquent et la Sicile est sommée d'adhérer à une Italie désormais unifiée. Peu à peu, la noblesse est forcée de s'écarter devant une bourgeoisie naissante. Le prince, conscient de changements qu'il ne peut combattre, se résigne de bonne grâce à cette évolution, d'autant plus que son neveu Tancredi combat pour ce nouvel état de choses. Par amour pour ce même neveu, il consent même à le laisser épouser la fille d'un parvenu, Angelica, signant ainsi le déclin de sa famille et brisant le coeur de sa propre fille, Concetta, amoureuse elle aussi du jeune homme...

Tout comme dans l'homme qui savait la langue des serpents, nous assistons ici à la fin d'un monde vu de l'intérieur. Dans Le Guépard, le prince de Salina sait d'avance que son mode de vie est condamné mais ne fait rien pour y remédier, conscient que cela n'est pas de son pouvoir. Il y a toute la mélancolie du monde dans cet ouvrage aux descriptions foisonnantes, au style presque baroque et à l'écriture à la fois curieusement démodée et prenante. Le personnage de Salina, très grand physiquement dans le livre, écrase également de façon symbolique les autres personnages, y compris son neveu exalté, Tancredi qui, malgré un certain cynisme (il épouse Angelica certes un peu par amour mais surtout par opportunisme) reste assez transparent et ne prend vraiment consistance que lors de scènes campagnardes assez poétiques; le passage où Angelica et Tancredi explorent la villa délabrée est par exemple un très joli moment de littérature. L'auteur pour la première fois du roman (et sans doute la seule) laisse la vie et le désir prendre le pas sur la mort et la pourriture en montrant les fiancés s'embrassant dans des pièces poussièreuses et luttant contre leurs pulsions, comme poussés à l'amour par un passé enterré. Passés ces scènes, Tancredi n'est pas un personnage foncièrement intéressant et finalement, c'est la fille du Guépard, Concetta, personnage discret mais cinglant qui parvient à rivaliser avec son père, ce dont ce dernier se rend compte avec complaisance: "le plaisr éprouvé quand il s'était rendu compte que dans la beauté et dans le caractère de Concetta se perpétuait une vraie Salina". C'est d'ailleurs avec elle que s'achèvera l'ouvrage, quand cette dernière se rendra compte que l'ancien temps a disparu et qu'il ne sert à rien de le retenir...

Roman largement inspiré de sa propre histoire familiale, Le Guépard a également la particularité d'avoir été le seul roman de Tomasi Di Lampedusa et publié qui plus est à titre posthume. Souvent remanié, longtemps travaillé, il est à la fois assez drôle (certaines situations sont absurdes et les réparties cinglantes du Guépard sont pleine d'humour) et, je l'ai déjà dit profondément mélancolique. Plus que tout, c'est un roman très visuel qui nous présente une Sicile  dont, personnellement, je ne soupçonnais pas l'existence...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

Julie 17/05/2013 15:10

Un classique de la littérature et du cinéma (avec Delon évidemment) je l'ai lu et étudié en profondeur en terminale (Bac Littéraire), un très beau livre. Trop complexe pour les ados de 13 ans, vous
devez absolument le relire! :)

Nénène 05/04/2013 21:08

Faudrait peut-être que je le relise alors...Je l'ai lu à 13 ans, avant un voyage scolaire en Sicile, justement, et ça reste un de mes pires souvenirs de lecture avec Une vie de Maupassant : j'ai
cru que j'allais me balancer par la fenêtre d'ennui ^^ Après, j'étais peut-être un peu jeune.

beux 07/04/2013 19:21



13 ans je l'aurais pas fini non plus! Il y a des descriptions à rallonge et un style assez particulier quand même. Mais je confirme, tu devrais réessayer maintenant peut-être...