Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 13:13

L01.jpgHunger Games t.3

La révolte

Suzanne Collins

éditions Pocket Jeunesse

2010

 

Il est temps de refermer les Hunger Games et de clôre la trilogie de Suzanne Collins avec un certain pincement au coeur. Attention! Que ceux qui n'ont pas encore lu les deux premiers volumes mais qui souhaitent le faire ne lisent pas cet article.

Nous avions laissé à la fin de Hunger Games 2 Katniss Everdeen, l'héroïne des précédents tomes, secourue par des rebelles du district 13 et rendue à moitié folle par l'annonce de l'emprisonnement de son ami/allié/amoureux Peeta (rayer la mention inutile) Mais, pour elle, il est temps de se ressaisir: Katniss est devenue malgré elle un symbole de la résistance et les rebelles ont besoin d'elle pour donner un nouveau souffle au soulèvement des districts contre le Capitole. La guerre de l'image vient de commencer...

Le dernier volet de la trilogie de Collins n'est pas à l'abri des critiques, et la première concerne bien entendu le style. Lire Hunger games 3: la révolte après Goethe, c'est comme aller au Mc Do après un repas gastronomique. Ce n'est pas à strictement parlé mal écrit, mais bon, les maladresses ou les lourdeurs sont assez fréquentes. Plus gênante est la tendance "twilightesque" du roman et les quelques atermoiements sentimentaux de l'héroïne tiraillée entre le brave Gale et le gentil Peeta qui ralentissent l'intrigue plus qu'autre chose. Passé ces critiques, je dois humblement reconnaître que j'ai réagi comme une ado de base à la lecture du roman, schotchée d'un bout à l'autre de l'histoire, et que j'ai même versé ma petite larme sur la fin (oh ça va: ceux qui l'ont lu sauront sans doute de quel passage il s'agit et que les autres ne ricanent pas: c'est déjà suffisamment embarrassant de pleurer dans un train) L'une de forces de l'intrigue est de faire de Katniss un personnage pas forcément angélique, une tueuse qui passe les trois quarts de Hunger Games 3 sous morphine ou à demi folle et le dernier quart  à jouer avec complaisance un rôle devant une caméra, mentant au fond aux rebelles en leur renvoyant une image qui n'est pas vraiment la sienne... Ajoutez à cela une intrigue qui va crescendo et des personnages tout aussi troubles les uns que les autres, depuis le doux Peeta qui se transforme en bête furieuse jusqu'à la présidente des rebelles, Coin, dont on ne sait trop si elle agit vraiment pour le bien des insurgés ou pour sa gloire personnelle... A l'image de l'arène dans laquelle évoluaient jadis nos héros, le livre de Collins est rempli de chausses-trappes en tous genres et de rebondissements divers et variés. Au final, voilà une trilogie qui me laissera un bon souvenir... Les Hunger Games sont finis, rideau, mais, si ça peut vous consoler, sachez que l'oeuvre de Collins est en cours d'adaptation cinématographique...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

Isa-sama 13/07/2011 01:04


ça y est il est sorti ? Je vais me précipiter l'acheter, je reviendrai lire ta critique une fois que je l'aurai lu :)


beux 14/07/2011 11:34



Ah ah vous me dites tous ça! Pas de problèmes, reviens me dire ce que tu as pensé de ce dernier tome quand tu l'auras lu... tu me diras aussi si tu as pleuré à un certain endroit du roman...