Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 11:34

L09.jpgMomo

Michael Ende

éditions Bayard Jeunesse

(1973)

 

Si l'on me demandait quel livre m'a le plus marquée dans mon enfance, je répondrais sans hésitation L'histoire sans fin de Michael Ende (rien à voir avec le film, fadasse au possible, avec un Atreju qui shocking! n'avait même pas la peau verte) Je dois avoir relu ce livre une bonne vingtaine de fois, souvent d'ailleurs dans les mêmes conditions que Bastien: dans le grenier avec quelques trucs à grignoter, avec l'espoir d'entrer comme lui dans le livre. Des années plus tard, j'ai découvert que Michael Ende avait écrit d'autres romans et j'ai ainsi découvert Jim Bouton et Lucas le chauffeur de locomotive qui, pour le coup, honnête livre pour enfants, ne m'a cependant pas laissé de souvenirs impérissables. Aujourd'hui, place à une nouvelle découverte, Momo, toujours du même auteur.

Momo est une petite orpheline dont personne ne sait grand-chose. Elle vit dans un amphithéâtre en ruines et, après s'être concertés, les villageois ont décidé de la laisser ici et de s'en occuper tous ensemble. Ils la nourrissent et les enfants viennent jouer avec elles. Très vite, Momo devient un personnage incontournable. Ce n'est pourtant qu'une enfant ordinaire mais elle a un talent rare: elle sait écouter. Aussi pour tous, elle est une sorte de mascotte. Cependant les nuages s'assombrissent; de mystérieux hommes gris arrivent en ville et se mêlent aux gens. Curieusement, à leur approche, les gens n'ont plus de temps: ils sont bousculés et perdent tout goût de vivre. Qui sont ces personnages et que veulent-ils? En tous cas, pour eux Momo représente un danger...

Que ce soit bien clair: il s'agit d'un livre pour enfants. Aussi la plupart d'entre vous ne trouveront pas un intérêt majeur à cette histoire écrite dans un style assez enfantin et plutôt naïf. Mais dans son genre, Momo, possède des qualités uniques: j'ai particulièrement apprécié encore une fois l'imaginaire de l'auteur qui crée pour nous des lieux et des situations d'une poésie rare: la salle du temps, les fleurs horaires et même les affreux petits hommes en gris avec leurs cigares empoisonnés. Il ne suffit cependant pas de créer un monde, il faut aussi l'animer. Or, Michael Ende parvient à donner au récit une réelle émotion: la solitude et la détresse de Momo quand elle attend en vain ses amis, l'angoisse de Gigi qui se rend compte qu'il est devenu un menteur, la tristesse de Beppo, le vieux balayeur... De la sorte, Momo a tout du conte mais sans l'aspect toujours vaguement creux de ce dernier. Momo n'a rien d'exceptionnel: la plupart du temps elle se comporte comme une petite fille lambda et sa naïveté et sa vulnérabilité permettent au lecteur de s'attacher plus facilement à elle que si elle avait été une super-héroïne. En bref, Momo a tout d'une jolie fable qui m'a permis le temps de quatre cent pages de me replonger dans l'univers de mes dix ans...

 

Ps: Je profite de cet article pour remercier une gentille lectrice aperçue hier lors des Imaginales à Epinal (je suppose qu'il s'agit de EB mais je n'ai pas eu le temps de lui demander son nom!) et qui est venue rapidement me saluer. C'était très gentil de sa part et j'ai été très touchée! Désolée de n'avoir pas eu plus de temps à lui consacrer et j'espère que la prochaine fois nous aurons plus de temps pour bavarder... En tous cas je suis contente de savoir que ce blog continue à lui plaire...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

Myriam 24/06/2011 14:52


Waouh... Je suis bien contente de voir que ce livre trouve un nouveau public encore à nos âges adultes (j'ai le même âge que votre frère, celui des lapins). Momo, je l'ai lu, il y a un quart de
siècle, et pourtant... :-)

Merci pour vos revues, Beux.


beux 25/06/2011 08:54



Bah j'étais déjà acquise à la cause de Michael Ende avec L'histoire sans fin mais j'avoue que l'histoire de Momo m'a beaucoup touchée...  Merci à vous pour votre commentaire!


 



Elena 08/06/2011 00:39


J'adore le lapin !


E.B. 05/06/2011 20:45


Hé oui, c'est moi, la fameuse petite brune ! Je suis contente que mon interpellation ai était vue... Comme... Bon... Même en commentaire je m'embrouille.

Je me suis sentie un peu stupide de venir, comme ça -on dira que ça me pardonne. Et je vais m'arrêter là. Mais j'ajoute L'histoire sans fin ( qu'on m'a encore chaudement recommandé ) à ma liste de
lecture, et c'est encore un passage bien agréable que de venir sur ce blog !
Re-re-re bonne continuation. Qu'ajouter d'autre ?


beux 09/06/2011 12:08



Ajouter que oui, lire L'histoire sans fin est une très bonne idée! Bonne continuation à toi!


 



Justine 05/06/2011 17:50


Oh, j'ai pas vraiment de mérite, j'ai pris allemand depuis que je suis toute petite. Moi c'est l'anglais qui me donne des cauchemars.


Justine 30/05/2011 22:05


Aaaah momo. Ils en ont fait un dessin animé assez sympa je dois dire. Moi j'avais du le lire en allemand, histoire de me la péter en société (et aussi un peu parfaire mon langage).
Décidément, votre blog reste dans mes préférés !


beux 05/06/2011 17:03



Je suis quant à moi impressionnée que vous ayez pu lire "Momo" en version originale! J'ai essayé une fois de lire un texte en allemand, je crois que c'était le parfum de Suskind. Moralité: je
n'ai jamais dépassé la première page et me suis bien vite rabattue à la version française. Il faut vraiment que je me remette à l'allemand, vous avez raison rien de tel pour briller en société
(tout le monde ou presque parvient à lire en anglais mais en allemand...)