Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 15:20

L01.jpgBal de givre à New York

Fabrice Colin

éditions Albin Michel

2011

 

 

Anna a eu un accident de voiture et se réveille désorientée, à demi amnésique. Pourquoi a-t-elle la sensation de connaître depuis toujours le beau jeune homme qui l'a percutée, Wynter, et dont elle tombe amoureuse aussitôt? Autour d'elle, New York est tout en neige et en glace. Anna évolue au milieu de la blancheur et des édifices de verre de son père, célèbre architecte et dont l'absence provoque la ruine successive de ses constructions. Anna ignore si ses parents sont morts, peine même à se rappeler leurs visages. Invitée au bal de givre par Wynter, elle ne songe qu'à la robe qu'elle va mettre ce jour-là. Mais quelque chose cloche: sa mémoire engourdie, le mystérieux inconnu au masque qui laisse des vers de Shakespeare ça et là dans New York et qui veut enlever la jeune fille...  

J'avais dit beaucoup de mal de Fabrice Colin dans ma note sur son livre Le maître des dragons. Je suis très contente aujourd'hui d'avoir surmonté ma réticence et lu Bal de givre à New York qui n'a absolument rien à voir, si ce n'est que, tout comme le précédent, il s'agit d'un roman pour la jeunesse. Mais cette fois, Fabrice Colin n'a pas l'air de prendre son lecteur pour un attardé tout comme il ne s'amuse pas à enchaîner mésaventures bidons et réflexions philosophiques pourries. A l'image du décor, le style est épurée et l'héroïne, larguée dans un monde dont elle se souvient à peine, est plutôt sympathique, narratrice hésitante évoluant d'un pas chancelant dans ce New York aux allures d'un conte de fées et se laissant mener par un prince charmant énigmatique. Après, je ne peux pas trop vous en dire sur l'intrigue au risque de tuer tout suspens, juste revenir sur cette atmosphère unique que l'auteur parvient à tisser grâce aux descriptions d'une cité neigeuse, d'édifices élancées, de lumière grisâtre... En lisant le récit, le lecteur a l'impression, à l'instar d'Anna, de marcher lui-même dans un brouillard cotonneux où tout bruit et toute polémique semblent étouffés. La narration elle-même est menée d'une main de maître, laissant petit à petit les indices prendre sens et rythmée par les vers de Shakespeare. C'est poétique et délicat et si l'épilogue m'a laissée plus dubitative (un tantinet bâclé peut-être) l'ensemble a tout d'une sculpture finement ciselée. Ce qui est dommage c'est que ce roman, tout comme beaucoup de romans adolescents dont j'ai déjà parlé (Le pacte de minuit ou encore 13 raisons) est atypique: pas sûr qu'il se vende énormément et c'est très très dommage...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

canthilde 13/05/2011 19:09


Atypique, lent, hypnotique ? Il me tente beaucoup, j'essaierai d'y repenser par une moite après-midi de canicule. Est-ce qu'il y a des éléments fantastiques ?


beux 19/05/2011 11:51



ça ça fait partie des questions auxquelles je ne peux pas vraiment répondre sans dévoiler l'intrigue! Mais oui, il y
a des éléments fantastiques...



Domino 09/05/2011 22:29


Ce roman est extrêmement frustrant à conseiller puisqu'on ne peut guère dévoiler l'intrigue.
Mais ce rythme lent, hypnotique... J'ai vraiment aimé, et ma collègue a tellement accroché qu'elle le conseille à tout le monde ^^


beux 13/05/2011 09:35



Bon je suis contente de voir que je suis pas la seule! Je me doutais bien que tu l'avais lu aussi et ça ne m'étonne pas non plus que tu aies aimé... C'est vrai que c'est frustrant de ne pouvoir trop en dire. De plus, très honnêtement, c'est un roman tellement atypique que
c'est difficile de dire si ça plaira ou pas à des adolescents habitués à la bit-lit...