Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 16:12

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

Mary Anne Shaffer/ Annie Barrows
NiL éditions



Déterminée à lire quelques nouveautés, je me suis lancée dans ce qui a été le grand succès inattendu de l'été; Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates. Un titre pareil, avouez-le, ça avait de quoi intriguer.

Sous forme de roman épistolaire, chassés-croisés de diverses correspondances, le récit relate l'histoire de Juliet, une jeune écrivain anglaise qui a connu un certain succès durant la guerre en publiant des chroniques sous un nom d'emprunt. Mais nous sommes en 1946, la guerre est désormais terminée, et Juliet cherche un autre sujet d'inspiration pour son prochain roman, roman qu'elle entend cette fois publier sous son vrai nom. C'est alors que lui parvient la lettre de Dawsey, natif de l'île de Guernesey, qui lui demande un service. Curieuse, Juliet entame une correspondance avec l'inconnu et ne tarde pas à en apprendre plus sur son île et sur un mystérieux club de lecture dont Dawsey fait partie: le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, club créé à l'origine uniquement pour tromper l'occupant allemand. De plus en plus intriguée, l'héroïne décide d'en savoir plus sur ce club et se lie d'amitié avec la plupart de ses membres, jusqu'au jour où elle décide de se rendre elle-même sur l'île. Elle y trouvera plus que ce qu'elle était venue chercher...

Que dire? C'est plutôt mignon. Non, le terme n'a rien de péjoratif, mais c'est faute de trouver un mot plus approprié. Disons que les deux auteurs réussissent le tour de force de parler de la guerre d'une manière grave et légère et à la fois, ce qui est peut-être au fond la meilleure manière d'en montrer toute l'absurdité. L'occupant allemand n'est pas réduit au rôle de nazi tonitruant éclatant d'un rire machiavélique, mais l'humour du style laisse aussi place à des scènes d'une rare violence dans lesquelles tout amusement a disparu (récit des camps de concentration, scènes terribles d'occupation). De ce point de vue là, c'est plutôt une réussite. L'héroïne est également attachante: joyeusement excentrique, toute en forces et en faiblesses, elle permet d'insuffler vie à des personnages tout aussi insolites: Sidney, l'éditeur paternaliste, le taciturne Dawsey, la romantique Isola ou encore l'énigmatique Elizabeth, autre personnage clé de l'histoire qui, paradoxalement n'interviendra jamais directement dans les correspondances.

Une seule petite critique, mais très légère promis: l'idée du roman épistolaire est sans conteste une très bonne idée et fait toute l'originalité de la narration, permettant aux différents personnages de s'exprimer "directement". Néanmoins, j'ai trouvé cette alternance de "voix" justement trop peu marquée: sans les indications, il serait difficile de déterminer qui est l'auteur d'une lettre bien particulière, le style restant sensiblement le même. Mais bon, à part ça, le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates reste une grande réussite, frais sans tomber dans le mièvre, et de la fraîcheur durant cet été étouffant, ce n'était vraiment pas du luxe...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires

echolalie 30/09/2011 18:25


ce livre me donnes envie d'aller sur ces îles aux vacances d'été de l'année prochaine^^


beux 03/10/2011 11:38



Je comprend... ça m'a fait le même effet!



Vlad 22/10/2009 00:32


Les éditions du Nil n'existent pas... Il s'agit vraisemblablement ici des éditions Nicole Lattès, dites éditions NiL. Votre très dévoué,
Vlad


beux 22/10/2009 10:47


OUps! C'est exact. Je modifie ça tout de suite. Merci beaucoup