Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 10:31

L02.jpgDésaccords

Bernard Friot

édition Milan

 

 

Les Schallenberg sont tous musiciens. Florian, le père, est chanteur d'opéra, Carine, la mère, dirige des chanteurs, le fils aîné Martin, seize ans, joue de la batterie dans un groupe amateur, et le petit frère Simon, sept ans, excelle au piano. Que savons-nous d'autre sur la famille Schallenberg? A vrai dire, pas grand chose. Florian est allemand, Carine est suisse. Sont-ils séparés? Sans doute que non mais on le croirait: Carine est en tournée et sa seule présence dans la vie de sa famille, ce sont des coups de téléphone et des mails à son fils aîné qui ne répond jamais. Martin est mal dans sa peau entre une mère absente avec qui le dialogue est rompu, et un père qui, de son point de vue, le traite encore comme un bébé. Ce conflit latent ne s'arrange pas lorsque Florian invite un jour à déjeuner une collègue, Julia, à qui il donne des cours de chant. Martin tombe aussitôt amoureux de cette femme de huit ans son aînée qui, de surcroît, entretient une relation pour le moins trouble avec le père de l'adolescent...

On ne peut certes accuser Bernard Friot de faire dans la démesure avec ce court roman pour adolescents qui excelle dans l'art du silence et du non-dit. Dans Désaccords, tout passe par la musique: les personnages chantent, écoutent, jouent d'un instrument ou, à défaut, se taisent. Le seul protagoniste qui échappe à la règle, c'est le petit frère Simon, à qui d'ailleurs revient le mot de la fin. A partir de là, parvenir à raconter une histoire d'amour sans faire intervenir la parole ni l'expression des sentiments relève du défi. Bernard Friot s'y emploie en multipliant descriptions corporelles et échanges de regards entre deux notes et deux vers. Le résultat ne se fait pas sans quelques couacs. L'auteur tombe souvent dans la fausse note et, malgré tous ses efforts, rend le personnage de Martin peu sympathique, adolescent semblant plus tourmenté par ses hormones qu'autre chose. Reste quand même que ce silence qui peut parfois donner envie de hurler au lecteur, de le frustrer, voire même de le gêner dans la compréhension de l'intrigue (relations exactes des parents, sentiments de Julia vis-à-vis de Florian...) paradoxalement fait la force d'un récit on ne peut plus banal que résume le chant entonné par Martin à la fin du roman:

"Ein Jünglich liebt ein Mâdchen

Die hat einem andern erwählt (...)

Dem bricht das Herz entzwei."

Suis-je gentille? Non, aujourd'hui je fais comme Friot et je reste dans les non-dits. A vous de trouver la traduction tout seul...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

Un Ange Passe... 04/07/2010 21:19


A ma courte honte, et malgré ma proximité géographique avec l'Allemagne, je n'en parle pas un traitre mot, aussi j'ai fait appel à un ami (comme chez Foucault) pour obtenir cette traduction
approximative (non je ne suis pas tombée dans la facilité des traducteurs internet) :

un jeunot(?) aime une jeune fille
qui a élu un autre
lui brisant le coeur en deux.


beux 05/07/2010 11:28



Et c'est une bonne réponse! Je ne vais pas faire ma maligne car, en dépit de mes sept ans d'allemand, je ne suis pas sûre que j'y serais arrivée sans la jolie traduction en bas de page... De
toute façon je trouve ça plus joli en allemand (mais si l'allemand est une jolie langue...)



Martin 03/07/2010 11:48


Hello
je ne connais pas ce livre de Friot, chouette donc. J'aime beaucoup cet auteur. Histoires pressées, de petites histoires courtes (deux trois pages dans mon souvenir), par exemple est génial (bien
sûr il y a des histoires meilleures que d'autres). J'ai tendance à m'enthousiasmer mais je vous conseille vraiment celui là. Des livres intelligents, drôles, qui jouent sur la forme, subtils et
accessibles.
bonne journée


beux 05/07/2010 11:39



Oui, c'est vrai que les Histoires pressées sont un incontournable pour nous en librairie. En revanche, si je les ai feuilleté, je crois bien ne les avoir jamais lu de bout en bout. C'est
une erreur à réparer! C'est vrai par contre que je connaissais moins friot en tant qu'auteur de romans pour ados d'où ma surprise en lisant Désaccords...


Bonne journée à vous!