Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 20:08
L02.jpgTobie Lolness t.1
Timothée de Fombelle
éditions Gallimard Jeunesse


Les préjugés sont tenaces. Il y a quelques années, j'ai lu un roman pour la jeunesse, La guerre des fées de Brennan. Même si je n'avais pas détesté, j'avais trouvé cette histoire de fées de la taille d'un pouce assez niaise. Quelques mois plus tard, j'essayais de lire Arthur et les Minimoys de Luc Besson. Jamais style ne fut plus mauvais et j'avoue avoir été prodigieusement agacée par cette publicité autour d'un roman qui, s'il avait été écrit par un autre, n'aurait même pas été accepté par l'éditeur... Toujours est-il que de ces deux lectures, j'ai gardé un certain a priori sur les héros de quelques millimètres qui, en dépit de leur taille ont un coeur "grand comme ça". Mais, aujourd'hui la lecture de Tobie Lolness me réconcilie avec cette vision un brin caricatural.
Tobie est un petit garçon de un millimètre de haut vivant comme les siens sur un arbre. Son père est un inventeur de génie mais, pour avoir refusé de dévoiler le secret d'une invention qui mettrait en péril tout l'écosystème de l'arbre, il est banni des cimes puis traqué avec sa femme et son fils. Seul Tobie parvient à s'enfuir. Trahi par ceux qu'il pensait être ses amis, séparé de ses parents, pourchassé par les pires brutes, le petit garçon parviendra-t-il à se sortir de ce cauchemar?
Il n'y a rien de niais dans cet ouvrage qui, sur un style relativement enfantin et très simple à lire, aborde avec légèreté des thèmes très durs; violence, trahison, souffrance physique et morale... Tobie, bien qu'enfant, n'est pas à l'abri des violences et, ce qui est le plus triste à mon sens (mais aussi le plus réaliste) c'est que cette violence n'est pas le fait de créatures étranges ou monstrueuses mais de ses pairs. L'ennemi est son propre peuple et c'est au contraire les "autres" (les Pelés) qui se révèleront amicaux bien que méfiants. Le roman se double également d'une réflexion écologique qui, sans être trop pesante, est plutôt salutaire. Un brin d'humour, une très légère lichette d'amour et beaucoup d'action et nous voilà donc avec un très honorable livre pour la jeunesse. "Ah c'est comme Arthur'", m'a dit une cliente quand je lui ai présentée le roman, "Ah non lui ai-je dit, c'est beaucoup mieux écrit..." A bon entendeur...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

liliplum 15/02/2010 23:57


Tiens donc, je vais peut-être me laisser tenter, du coup! J'hésite depuis longtemps et on m'en a dit beaucoup de bien, mais je crois que tu as fini de me convaincre...
:)


beux 16/02/2010 20:22


J'ai mis un sacré moment à me décider moi aussi alors qu'idem on m'en avait dit beaucoup de bien! Si tu le lis n'hésite pas à me dire ce que tu en as pensé...


luxsword 14/02/2010 20:15


Ah, chouette, ça confirme le bien que j'en avais lu. Plus qu'à me le procurer, maintenant. :D


beux 14/02/2010 21:47


Tu n'auras pas trop de mal à le trouver je pense, il est sorti en poche le mois dernier et on le trouve un peu partout pour l'instant! Sinon, j'ai réussi à me procurer Gracelling; apparemment il
n'a pas eu le même succès que Tobie Lolness mais je suis curieuse de voir ce que ça va donner. Affaire à suivre donc...


pierrot 13/02/2010 21:16


hum... "à-priori"... Même Besson ne ferait pas la faute!


beux 13/02/2010 22:14


Va mourir! Il a ses correcteurs derrière.
Coquille