Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 10:01

L02.jpgMalo de Lange, fils de Personne

Marie-Aude Murail

éditions Ecole des loisirs

 

 

1834. Malo, jeune garçon de quatorze ans employé à la Brigade de la sûreté par son propre père, le chef de la police secrète que l'on nomme monsieur Personne, s'ennuie. Il ne se voit confier que des tâches de surveillance sans grand intérêt et rêve d'un gros coup qui lui permettrait de susciter l'admiration de son père et également de sa fiancée Léonie. Ses ambitions vont lui être fatales: accidentellement, Malo tombe au milieu d'une sombre affaire de vol et d'assassinat: il manque de se faire tuer par des filous, se voit contraint de se déguiser à de nombreuses reprises pour échapper aussi bien aux truands qu'à la justice, échappe au bagne et à la guillotine... Pourra-t-il se sortir de ce mauvais pas? Son père et des alliés rencontrés en cours de route parviendront-ils à le secourir également?

Deuxième volet d'une série autour du personnage, Malo de Lange se présente clairement comme un roman d'aventures, un genre que la littérature jeunesse a de plus en plus tendance à oublier. Marie-Aude Murail corse le tout en le plaçant dans une époque peu connue de son public et fait de son héros un Gavroche remis au goût du jour, avec le vocabulaire et l'ambiance qui vont avec. C'est un pari risqué, en partie réussi. En partie car pour être franche, j'ai moins adhéré à Malo de Lange qu'aux autres romans de l'auteur. J'ai trouvé le style comme toujours très amusant mais un peu redondant et de de ce fait virant parfois au comique de répétition (les comparaisons saugrenues de Malo, les situations qui se répètent, les traits d'esprit du personnage) C'est dommage car du coup l'aspect "aventures" est un peu négligé: on ne s'inquiète guère pour le héros, sûr qu'il parviendra à s'en sortir d'une façon ou d'une autre. Quant à l'intrigue, elle est plutôt brouillonne: partant un peu dans tous les sens et faisant intervenir trop de personnages, elle lasse rapidement, ce qui fait que le final est décevant et laisse un petit goût d'inachevé.

Après toutes ces remarques, il faut néanmoins saluer le courage de l'auteur qui ne craint pas de rebuter un lectorat plus habitué aux histoires d'amour niaises entre vampires et mortels, ou aux histoires de filles qui découvrent les tourments de l'adolescence. Marie-Aude Murail ne cherche pas à plaire à son public ni à adhérer à leurs goûts. C'est à eux d'entrer dans son univers. Aucune langue de bois au demeurant, ni tabous. L'auteur évoque sans embarras l'amour de Malo pour Léonie, les prostitués, les meurtres, la corruption... Rien n'est passé sous silence, pas même les horreurs que doit subir Malo au bagne. Cela donne à l'ouvrage une grande fraîcheur, une qualité rare qui fait que les livres de Marie-Aude Murail, même inégaux, sont toujours plaisants à lire...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires