Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 19:23

L01.jpgIl n'y a pas de sparadraps pour les blessures du coeur

François Szabowski

éditions Aux Forges de Vulcain

2013

 

A la fin de l'ouvrage, nous avions laissé le héros des femmes n'aiment pas les hommes qui boivent  amant de sa voisine sexagénaire, Rose, après avoir dupé le mari et l'avoir envoyé au fin fond du pays sans argent et sans papiers. C'est dans ce contexte que nous retrouvons François Chaboeuf, alias François Szabowski, le copiste mythomane qui, lassé des exigences érotiques de sa vorace compagne aimerait bien cependant se faire entretenir par cette dernière pour acheter de l'alcool et se consacrer à son second roman. Las. Les choses ne se déroulent pas comme prévu et François se retrouve bientôt à la rue avec un avenir pour le moins incertain.

Ne cherchez comme d'habitude aucune logique, il n'y en a pas. Comme pour le premier tome, Il n'y a pas de sparadraps pour les blessures du coeur enchaîne les situations absurdes et les événements improbables, le tout raconté par un narrateur fêlé pour invente sa vie pour ensuite mieux la croire.  Punks polonais, jumelles délinquantes, éléphant voyou,  sexagénaire nymphomane, artistes bobos et gitans menaçants rythment un récit surréaliste. La surrenchère pourrait devenir lassante, d'autant plus que nous avons eu Les femmes n'aiment pas les hommes qui boivent et que nous sommes déjà habitués à ce style pour le moins particulier. Heureusement, l'auteur à mi-parcours a une sage idée et donne à son personnage de copiste une nouvelle dimension en le faisant tomber amoureux d'une femme tout aussi extravagante que lui. Le narrateur jusque là plutôt antipathique devient assez touchant car même si son amour, à l'image de sa personnalité, est totalement disfonctionnel, il y a en lui quelque chose d'héroïque  (et de très inquiétant). Le lecteur de ce fait se laisse peu à peu contaminer par la folie douce d'un personnage aussi mythomane en amour qu'il l'est dans le reste de sa vie et ce, jusqu'à un dénouement à la fois prévisible et inattendu. En bref, encore un pari réussi pour notre copiste.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires