Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 09:50

L05.jpgLa liste de mes envies

Grégoire Delacourt

éditions J.C Lattès

 

Dans la liste de mes envies, je dois admettre qu'actuellement c'est d'être encore en vacances ne serait-ce qu'une petite semaine. Mais comme il faut bien rentrer un jour ou l'autre... En revanche, vengeons-nous du temps un peu maussade aujourd'hui en vous parlant du best-seller de cet été, celui qui a arraché des larmes à toutes les ménagères sur la plage, la liste de mes envies.

Jocelyne, mariée à Jocelyn, est une gentille petite dame comme les autres. Elle ne parle pas beaucoup, elle est un peu ronde et elle mène une vie de famille paisible avec son époux depuis le départ de leurs deux enfants devenus grands. Ce dernier, ancien alcoolique, a surmonté ses problèmes et depuis lors se concentre sur son métier pour s'acheter l'écran plat dont il rêve. De son côté, Jocelyne tient une mercerie, une véritable passion qu'elle fait partager via son blog. La vie de la quadragénaire bascule le jour où, après avoir joué au loto, elle gagne 18 millions d'euros. Une grosse somme dont elle n'ose parler à personne, même pas à son mari et qu'elle n'ose même toucher. Les envies de Jocelyne sont modestes et elle a peur que cet argent ne vienne tout gâcher; ce en quoi elle n'a peut-être pas tout à fait tort...

J'ai été très surprise que l'auteur soit un homme je l'avoue. Tant de bons sentiments dans un seul roman, une héroïne rondouillarde et plus toute jeune... Je n'ai rien à reprocher au niveau de l'écriture; le style est tout à fait correct et l'histoire se lit rapidement, en chapitres courts et efficaces. Après, Grégoire Delacourt est atteint de ce que j'appelle "le syndrôme de l'hérisson", du nom du roman indigeste de Barbery. Il se glorifie de parler de gens "comme vous et moi" qui ne parlent pas forcément beaucoup mais qui ont un coeur gros comme ça, il étale complaisamment quelques bons vieux poncifs (l'argent c'est mal, l'alcool c'est mal, la beauté est avant tout intérieure, etc.). Tout le livre se résume à ce bon vieil adage : "L'argent ne fait pas le bonheur". Chic, j'ai appris quelque chose. Au niveau des personnages, rien à faire, l'héroïne me semble plutôt creuse, gnangnan au possible (les scènes avec sa fille cinéaste sont d'un ridicule achevé) et n'est sauvée que par sa passion pour la mercerie. Je ne parle pas même pas du personnage du mari, là tout est à jeter. Pour moi, Grégoire Delacourt ne se rachète que par un dénouement plutôt cynique, mais l'ensemble reste sage et convenu, sans réelle surprise. C'est un livre mignon et lacrymal qui plaira beaucoup aux amatrices de Pancol et Barbery, un livre que pour ma part j'ai déjà presque oublié et dont je n'ai pas vraiment envie de faire l'éloge.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Dr Orlof 07/06/2013 21:09

Le roman de Barbery était quand même très supérieur ! Pas un chef-d’œuvre mais une écriture retenue et moins larmoyante que celui-là. Quelques formules grandiloquentes chez Delacourt paraissent
sorties d'un roman "Harlequin"...

beux 08/06/2013 21:00



Ah ah, j'ai déjà oublié tellement ça m'avait paru niais Pour dire la vérité, j'ai lu ce livre en attendant que
l'ordinateur charge à Moloy....



urgonthe 12/08/2012 19:42

La comparaison avec Barbery suffit à me hérisser ! Bref pas lu et ça ne me manquera pas, ce genre de romans a le don de m'énerver rien que d'y penser.

diane 10/08/2012 10:12

Je l'ai reçu pour mon anniversaire et je l'ai lu parce que c'était offert de bon coeur. Le point positif du roman est qu'il est très court et donc nettement moins pénible qu'un Catherine Pancol
(également reçu pour mon anniversaire et lu pour la même raison). C'est un peu dommage de gaspiller du temps à lire de telles inepties alors que tant de pépites m'attendent dans ma bibliothèque ou
dans les librairies. La vie est trop courte pour lire Marc Lévy.

beux 14/08/2012 13:56



je suis d'accord avec toi; Pancol est tout simplement insupportable à lire alors que La liste de mes envies se lit rapidement (je l'ai lu entre deux chargements de l'ordinateur^^) et
n'est pas désagréable. Mais il ne me laissera pas, loin s'en faut, de souvenirs impérissables...



Sneeze 08/08/2012 13:48

Conseiller des trucs qu'on n'aime pas, ça donne parfois envie de se pendre, mais ça fait partie du métier.
Et hélas, dans la librairie de cambrousse où je travaille, ça m'arrive très (trop?) souvent. T____T

beux 08/08/2012 22:30



Certes, c'est parfois un peu dommage, mais bon, si ça fait plaisir... Je préfère conseiller un livre que je n'aime pas mais que le client va aimer, que conseiller quelque chose qui me plaît mais
que le lecteur, avec des goûts différents, va peut être détester et ne pas finir... Comme tu le dis, ça fait partie du métier...


Ceci dit on peut parfois alterner. A quelqu'un qui lit de la littérature sentimentale facile, je file du Pancol ou du Musso et, tout doucement, j'essaie de trouver quelque chose de léger mais de
plus intéressant à côté... de temps en temps ça marche



Boulet 07/08/2012 11:39

Hmmmm. Le livre que tu m'as recommandé quand je t'ai demandé "qu'est-ce que je peux lui offrir ?", donc ?

beux 07/08/2012 11:42



Boulet: je n'ai pas aimé ce livre mais je suis à peu près sûre que maman l'aimera vu qu'elle a adoré "L'élégance du hérisson". Je suis libraire, je conçois que les autres n'aient pas le même goût
que moi... et oui, il m'est déjà arrivé de conseiller du Musso ou du Lévy...Demande-lui si elle a aimé ou pas d'ici quelques temps tu verras!