Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 19:03

L02.jpgDésolations

David Vann

éditions Gallmeister

(2011)

 

 

Il n'y a pas grand-chose à dire sur Gary et Irene. Ils ont vécu presque toute leur vie dans un petit coin de l'Alaska, ils ont élevé deux enfants, Mark et Rhoda et, aujourd'hui, retraités tous les deux, leur vie leur apparaît comme un échec. Elle, traumatisée par le suicide de sa mère, est persuadée que son époux l'a isolée de tous ses amis pour mieux l'abandonner par la suite, lui a le sentiment que sa femme l'a empêchée de devenir quelqu'un d'important et l'a condamnée à une vie étriquée. Désireux de trouver un sens à une existence vide, Gary décide de construire une cabane sur une île perdue, à l'image des pionniers d'autrefois. Irene l'aide malgré une migraine atroce qui ne la lâche pas, résolue à sauver un mariage qui prend l'eau de toutes parts. Leur fille Rhoda les observe, impuissante, rêvant pour elle-même d'un belle romance et d'un beau mariage, mais elle est engagée dans une sage relation avec Jim, un dentiste insipide, qui n'éprouve pour elle que de vagues sentiments tiédasses et qui ne semble guère disposée à lui demander sa main.

Soyez contents tous ceux qui m'accusent de ne lire que des romans d'amour, car aujourd'hui nous parlons d'un livre où personne ne s'aime. David Vann, l'auteur de Sukkwan Island (livre que je vous invite vivement à lire et dont vous trouverez la critique sur ce blog) met en scène des personnages foncièrement égocentriques et égoïstes qui, en dépit de leurs liens familiaux, ne semblent absolument pas se soucier les uns des autres et préfèrent s'apitoyer sur leur propre sort. Irene toute à ses migraines, aimerait que Gary s'occupe d'elle, Gary tout à sa cabane, aimerait que Irene l'aide à réaliser son rêve, Rhoda aimerait que Jim l'épouse, Jim aimerait vivre plusieurs relations sentimentales... En bref, chacun accuse mutuellement l'autre de gâcher sa vie sans jamais se remettre en question. Les personnages sont amers, durs, collant bien au décor du livre, le fin fond de l'Alaska, un décor plein de glace et de froid. En un mot, c'est glauque et il vous faudra un sacré moral pour résister à la lecture d'un roman qui décapite joyeusement toute notion de bienveillance ou de chaleur. Ceci dit, c'est très bien écrit. En revanche, j'ai moins apprécié Désolations que Sukkwann Island; contrairement au livre précédent de Vann, Désolations est beaucoup plus lent et, si le lecteur sent gros comme une maison la future tragédie (car nous savons que ce genre de romans ne finit jamais bien) il attend tellement qu'il peut finir par s'impatienter! Ceci dit, sans crier au chef-d'oeuvre, Désolations reste un récit de qualité: j'avoue avoir été touchée par le personnage de Rhoda, la seule qui, malgré sa vision étriquée, s'efforce de comprendre les siens et dont l'amour pour eux semble sincère. C'est un peu la seule touche de couleur dans un univers très sombre qui ne laisse guère de place à l'espoir. Que voulez-vous, l'hiver est bientôt là maintenant...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires