Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 11:35

L09.jpgMarina

Carlos Ruiz Zafon

éditions Pocket jeunesse

1999

 

"Nous ne nous souvenons que de ce qui ne nous est jamais arrivé". Ce sont les premiers mots sur lesquels s'ouvre le roman de Carlos Ruiz Zafon, Marina. Une réflexion étrange pour un récit qui ne l'est pas moins. Tout commence par une soirée brumeuse sur Barcelone. Un jeune garçon nommé Oskar, élevé dans un internat, tombe par hasard sur une vieille demeure paraissant abandonnée et, entré par effraction, fait la connaissance de ses habitants: Germàn, un vieil homme excentrique qui semble vivre au siècle passé et sa fille, la blonde Marina, dont Oskar tombe immédiatement plus ou moins amoureux. Devenus amis, les deux adolescents errent ensemble dans la ville, unis dans leur solitude et, un jour, dans un cimetière, croise le chemin d'une mystérieuse dame en noir...

Comme dans L'ombre du vent, Ruiz Zafon nous plonge dans un roman à tiroirs où chaque personnage est l'occasion d'une histoire, l'ironie de la chose étant que la seule histoire qui ne nous est pas réellement racontée est celle du narrateur Oskar. Le secret de la dame en noir, la vie de Germàn, la réserve de Marina... Autant de tranches de vies, parfois banales, parfois extraordinaires. Dans une ambiance très gothique, Ruiz Zafon mêle édifices délabrés et nuits pluvieuses, créatures de Frankenstein et divas d'opéras, meurtres sanglants et murmures de mourants, souvenirs douloureux et avenir incertain... Réel ou pas réel? Quelle importance? semble dire l'auteur qui se pose avant tout comme un conteur et, de ce fait, ne se soucie aucunement de vraisemblance. Le narrateur nous raconte un moment particulier de sa vie: est-il un témoin "objectif" de phénomènes parfois surnaturels, ou seulement le jouet de Marina, la véritable conteuse de l'histoire? Si le lecteur s'essaie à ce genre de suppositions, il se perd assez rapidement dans les dédales du roman, tout comme Oskar s'égarant dans les rues de Barcelone. Mieux vaut profiter du voyage et de ses multiples protagonistes: l'amoureux fou, le serviteur dévoué, l'artiste maudit, la chanteuse condamnée... Il vous suffit de savoir que le style est très beau, l'histoire prenante et que Ruiz Zafon signe avec Marina un récit égal à L'ombre du vent qui questionne beaucoup sur la mort, les mensonges, les secrets... sans hélas apporter de réponses. Ce serait trop simple n'est-ce pas?

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires

Machine 1 07/09/2013 20:35

Je crois que Zafon est l'un de mes auteurs préféré! Et justement, je l'ai découvert avec Marina...Les autres livres n'ont été qu'une suite de bonnes surprises!!!bises ma p'tite dame!

Pascal Yukka 31/08/2011 10:40


Hop, je rajoute à la liste ! Les Zafón sont vraiment de beaux romans ! Dans le même genre, un autre auteur catalan, un peu moins connu, Albert Sánchez Piñol, écrit des récits fantastiques dans un
style qui essouffle le lecteur : bouffées d'angoisse, montée d'adrenaline... Une fois entamé, on ne lâche plus ses livres (La Peau Froide, Pandore au Congo, Treize mauvais quarts d'heure...)


Elena 28/07/2011 14:46


Moi non plus je n'avais pas réussi à lire l'Ombre du vent et ce qui est marrant c'est qu'il m'a été recommandé deux fois ! Par ma mère qui l'a lu dans une traduction italienne et par une de mes
cousines qui l'a lu en français. Mais l'article de Beux me donne envie d'essayer "Marina".
Au fait, j'avais eu bcp de mal à entrer dans le roman (j'avais du m'arrêter vers la quarantième page) et du coup je vais peut-être essayer de m'y remettre.


beux 29/07/2011 13:49



Les livres de Ruiz Zafon sont il est vrai très particuliers; pour le coup, si tu n'as pas accroché avec L'ombre du vent je ne suis pas sûre que tu apprécies Marina. Ceci
dit, si tu retentes le coup, n'hésite pas à partager tes impressions...



Binômette 20/07/2011 00:27


Magnifique ouvrage, je l'ai dévoré lors de mon séjour à Madrid, me promettant d'aller errer dans les rues de Barcelone lorsque l'occasion m'en serait donnée...
T'as de bon goûts, tu sais? ^^


beux 29/07/2011 13:51



Ah ah tu dis ça maintenant binômette mais je te rappelle que par égard pour vous toutes, je n'ai jamais critiqué un livre de Olivier Adam Ceci dit je suis contente de savoir que toi aussi tu as bien aimé Marina...



urgonthe 14/07/2011 17:30


Alors là, je n'avais été emballée du tout par l'Ombre du vent, roman qui me semblait empreint de facilité. Celui-ci paraissant très proche, je m'en éloignerai tout naturellement ! Ce n'est pas
grave pour ma valise estivale, elle est déjà bien pourvue en lectures. :-)


beux 16/07/2011 11:57



Ah tu es bien la première personne que je connaisse qui n'ait pas aimé l'ombre du vent Mais des goûts et des
couleurs... Enfin l'essentiel c'est d'avoir effectivement des lectures pour les vacances: j'ai pris également de quoi tenir un siège pour l'été!