Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 17:53

L01.jpg

La huitième couleur

Terry Pratchett

éditions Pocket

 

J'avais dit que nous reviendrions sur Terry Pratchett; c'est donc parti pour parler un peu du Disque-Monde  et l'on commence fort logiquement avec le premier tome de la série: La huitième couleur.

L'histoire se passe sur un monde plat, en forme de disque, porté par quatre éléphants eux-même soutenus par une tortue géante. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Sur ce monde, magie et héros cohabitent en toute sérénité. A Ankh-Morpork, ville à la réputation douteuse, Rincevent, mage déchu, mène son petit bonhomme de chemin, désireux d'éviter les ennuis; depuis en effet qu'un sortilège puissant s'est niché dans son crâne, l'empêchant d'assimiler toute autre forme de magie simple, il a fort à faire pour survivre dans une cité où la corruption et la bêtise règnent en maîtresses absolues. Hélas pour lui, sa route croise celui de DeuxFleurs, le premier touriste jamais rencontré dans cette ville et, à Ankh-Morpork, l'espérance de vie de ce genre d'individu est plus que réduite...

Que ce soit dit, La huitième couleur est loin d'être le meilleur tome des annales du Disque-Monde. Déjà parce qu'il s'agit moins d'un roman que d'une succession d'histoires découpées en plusieurs chapitres et relatant les tribulations de DeuxFleurs et de Rincevent. La narration est donc de ce fait un peu décousue. De plus, le style de Pratchett n'est pas encore abouti, si bien que le récit comporte quelques longueurs, des descriptions un peu fastidieuses ou des répétitions inutiles. Mais bon, on a déjà un bon avant-goût de la série avec un humour décapant, des personnages décalés (que ce soit le faussement inoffensif DeuxFleurs ou l'inoubliable Mort, mon protagoniste favori de la saga) et une mise en place sympathique du décor. Sur le Disque-Monde, Pratchett nous avertit d'office, les dieux se promènent et jouent aux dés, les mages ronflent dans leur université et la réalité tel que nous la connaissons est à prendre à l'envers, ce qui donne lieu notamment à cette scène cocasse où Rincevent déplore l'absence d'une "magie" qui s'expliquerait par la science:

 

" - Il parlait de quoi, alors, si c'est pas de magie?"

Rincevent commençait à se sentir vraiment malheureux. "Je ne sais pas, dit-il. D'une meilleure façon de procéder, j'imagine. Un système un peu plus sensé. Domestiquer... domestiquer la foudre, ou autre chose."

Le diablotin posa sur lui un regard doux mais compatissant.

"La foudre, ce sont les piques que se lancent les géants du tonnerre quand ils se battent, dit-il gentiment. C'est un fait météorologique reconnu. On ne peut pas la domestiquer.

- Je sais, fit Rincevent d'une voix pitoyable. C'est là que pêche mon raisonnement, bien sûr."

 

En résumé, la huitième couleur est à l'image de Rincevent. Ce n'est pas mon volet préféré du Disque-Monde tout comme Rincevent n'est pas mon personnage favori mais je le considère néanmoins avec une grande tendresse parce que, et bien, c'est quand même le premier de la saga...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

placebo 05/07/2013 00:13

Ça représente du boulot tous ces posts… mais j'avoue me faire également des notes sur les livres lus, sinon je les oublie à grande vitesse :)
Idem pour Mort, un très grand personnage. J'ai découvert la série cette année, commencé en français puis embrayé en anglais mais la traduction est vraiment bonne.
Bonne continuation.

beux 06/07/2013 12:17



Oui, là j'avoue que des fois j'ai un peu envie de laisser tomber, je le reconnais! Mais bon c'est toujours agréable de conserver une trace de ses lectures... même si pour le coup, les livres qui
m'ont vraiment marquée je le retiens plutôt bien...


Bonne continuation à toi!