Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 20:08

L09.jpgIvanhoé

Walter Scott

éditions Livre de Poche

1819

 

J'avoue, j'étais sortie de ma lecture de Rob Roy un peu fâchée contre Walter Scott et ne comprenant pas bien la célébrité d'un auteur au style aussi ennuyeux. Les 1001 livres... et la lecture d'Ivanhoé m'ont permis de revenir sur mes préjugés.

Angleterre, XIIème siècle. Ivanhoé, jeune chevalier saxon que son père a désavoué à cause de sa sympathie pour les normands ("les colonisateurs") et le roi Richard Coeur de Lion, revient incognito de croisade. L'occasion pour lui d'admirer en cachette les beaux yeux de sa cousine Rowena et d'aspirer à une action qui le réhabiliterait aux yeux du patriarche et  qui lui permettrait d'épouser sa dulcinée. ça tombe bien, un tournoi a lieu dans quelques jours, organisé par le frère du roi, Jean. Aidé du juif Isaac et de sa douce fille, Rébecca, Ivanhoé se déguise et se rend sur les lieux de la joute. Mais les choses sont loin de se dérouler comme prévu; Ivanhoé se retrouve blessé et ne doit son salut qu'à l'apparition d'un chevalier encore plus mystérieux que lui...

Amours, tournois, complots politiques, moines joyeux et templiers sinistres, chevaliers brutaux et gentes dames, on trouve de tout dans ce roman qui, pour moi, avant d'être un roman historique est surtout un roman d'aventure. Et quel roman ! Walter Scott ne s'embarrasse guère ici de vraisemblance, allant même jusqu'à "ressusciter" plus ou moins un personnage car son éditeur ne se remettait pas de sa mort et faisant ça et là quelques anachronismes bien excusables. Ivanhoé c'est le récit de la rivalité entre saxons et normands avant que les différences se fondent en une seule nation, c'est également l'histoire d'un roi, Richard Coeur de Lion, personnage devenu aujourd'hui légendaire, qui cherche à retrouver son trône et qui doit pour se faire, déjouer les complots de son frère.  Le récit est enlevé, léger et souvent ironique. Les personnages sont merveilleusement rendus. Paradoxalement, le plus terne d'entre eux est le héros éponyme qui joue le rôle du jeune premier parfait et diablement ennuyeux. Sa promise, Rowena n'est guère plus intéressante, son rôle se bornant essentiellement à se faire enlever et à pleurer. En revanche, on ne peut que rire devant le personnage de Cédric, le père d'Ivanhoé, ce noble saxon qui s'attache avec obstination à un monde qui se meurt, ou encore devant Athelstane, l'ami de ce dernier, dont la principale préoccupation est de manger et de boire. Le roi Richard Coeur de Lion est quant à lui parfaitement représenté dans le rôle du roi débonnaire mais colérique, tout aussi capable de combattre que de festoyer. Sa scène avec un frère rencontré dans les bois, le frère Tuck (car oui, nous avons aussi Robin des Bois dans ce livre) est l'une des plus réussies du livre. Enfin, il serait injuste de ne pas nommer la juive Rébecca dont la douceur, la détermination, la foi et l'amour sans espoir pour Ivanhoé en font sans aucun doute le personnage le plus attachant de l'histoire.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur Ivanhoé, que ce soit sur le style ou sur les péripéties. Mais, pour le coup, je préfère plutôt vous inciter à le lire malgré son épaisseur. En effet, en ce qui me concerne, ce livre mérite amplement sa place dans Les 1001 Livres...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires