Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 12:41

L01.jpgChroniques de la fin du monde

Susan Beth Pfeffer

éditions Pocket jeunesse

(3 tomes)

 

Oui, le rythme du blog s'est un peu ralenti ces derniers temps; oui, cela risque d'être ainsi jusqu'à début août mais ce sont les vacances, il fait beau et puis voilà d'abord... Pour me faire pardonner, nous n'allons pas parler de un mais de trois livres aujourd'hui. Place aux Chroniques de la fin du monde...

Dans une petite ville de Pensylvannie, Miranda vit sa vie d'adolescente lambda; elle a des amies, deux frères dont elle est plutôt proches et une mère très protectrice. Son père va avoir un bébé avec sa nouvelle femme et la jeune fille n'a d'autres préoccupations dans la vie que de savoir si oui ou non elle va avoir de bonnes notes et si quelqu'un va se décider à l'inviter au bal de promo. Mais un soir de mai, un astéroïde percute la lune et la fait se rapprocher de la Terre. Aussitôt, les catastrophes s'enchaînent: séismes, raz-de-marées, inondations... L'électricité est coupée, les cultures sont détruites. Le monde bascule dans le chaos et Miranda et sa famille vont devoir apprendre à survivre. A New-York, Alex, jeune garçon studieux, a encore moins de chance: ses parents, absents lors du drame, ont disparu, son frère militaire ne peut les rejoindre et l'adolescent se retrouve en charge de ses deux petites soeurs. L'hiver va être long....

La trilogie de Susan Beth Pfeffer est bâtie sur un modèle "traditionnel": le premier volume, narré sous la forme d'un journal, relate l'histoire de Miranda; le second volume s'intéresse à Alex et à sa famille; enfin, le dernier tome rassemble les personnages, du moins ceux qui survivent... Destiné à un public adolescent, Chroniques de la fin du monde est une oeuvre plutôt noire, assez proche dans l'esprit de Gone. L'auteur excelle dans les descriptions sombres et n'épargne à son lecteur aucun détail. Nous assistons pas à pas à la lente descente aux enfers de Miranda et d'Alex, chacun en prise avec ses propres difficultés, chacun s'accrochant à l'espoir sans cesse déçu d'un retour à la normal. Ce qui est intéressant, c'est que "la fin du monde" n'est pas vécue de façon collective mais prend la forme d'une aventure individuelle; pour les personnages, peu importe le nombre de victimes dans le monde ou même aux Etats-Unis. Tout ce qui les intéresse, c'est leur survie immédiate et un univers qui se réduit aux murs de leurs habitations... Pas de bons sentiments ni d'actes de bravoure: la mère de famille, généreuse en temps ordinaire, laisse ses enfants piller les maisons des voisins, le gentil petit catholique détrousse les cadavres... Les deux premiers tomes de la série, d'une violence rare, se dévorent d'une traite; le troisième tome, plus court et plus lisse, est le moins intéressant, l'auteur se sentant obligée d'introduire une histoire d'amour un peu bancale et du coup de laisser place à de bons sentiments. Ceci dit, la trilogie reste d'un très bon niveau; à titre de comparaison, je l'ai lue avec le même intérêt que Hunger Games. A découvrir sans tarder...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires