Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 19:12

L02.jpgCeux qui vont mourir te saluent

Fred Vargas

éditions J'ai Lu


 

Claude, Néron et Tibère (je vous rassure, deux de ces prénoms sont des pseudos) sont étudiants à Rome et mènent une vie pleine d'insouciance, financée en grande partie par le capital du père de Claude, Henri Valhubert, expert en oeuvres d'art. Mais, lorsque Henri est assassiné à Rome même, et ce alors qu'il enquêtait sur des vols commis dans l'enceinte des bibliothèques du Vatican, les soupçons de la police se portent sur ce triumvirat pour le moins insolite, ainsi que sur l'épouse de l'expert, Laura, une femme au charme inexplicable que Tibère et Claude idolâtrent... Richard Valente, dépêché sur place, aura fort à faire pour cerner ces suspects improbables et démêler l'échevau de la vérité...

Morituri te salutant, c'est sous forme de clin d'oeil à la Rome antique que Fred Vargas, historienne de formation, s'attela à ce qui sera l'une de ses premières oeuvres de fiction. Les références sont nombreuses: le trio d'étudiants qui se sont attribués en toute simplicité des noms d'empereurs, le cadre dans lequel va se dérouler le récit, l'empoisonnement d'Henri Valhubert par la cigüe (le poison par lequel mourut notamment Socrate), les histoires familiales tortueuses d'enfants naturels et d'adoption... Que les allergiques à l'histoire se rassurent cependant: le tout reste anecdotique et Fred Vargas, loin de s'embarquer dans une intrigue historico-ésotérique indigeste à la Da Vinci Code préfère effleurer le sujet pour se tourner sur ce qu'elle maîtrise le mieux, des personnages décalés; étudiants à la limite de la folie, femme amorale, évèque peu scrupuleux, bibliothécaire revêche, enquêteur à la logique toute personnelle... Seul bémol, l'intrigue reste simple et même les rebondissements ne parviennent pas à créer un réel effet de surprise. Ainsi, la fin, sans être prévisible, n'a rien d'extraordinaire. Restent de très bons dialogues et un style enlevé pour celle qui deviendra au fil des ans une figure incontournable du roman policier.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Polar
commenter cet article

commentaires