Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 20:51

L09.jpgLe moine

Matthew G.Lewis

éditions Actes Sud

 

A Madrid, à une époque où l'Espagne sous le joug de l'Inquisition se nourrit de superstitions et de terreurs religieuses, Ambrosio attire chaque semaine bon nombre de fidèles qui viennent ouïr ses sermons éloquents. Ambrosio est moine et il est d'une pureté et d'une droiture sans pareil mais c'est par ignorance; en effet, Ambrosio a été abandonné devant le monastère bébé et ne connaît rien aux usages ni aux tentations du monde. Il est vertueux par défaut, ce qui ne l'empêche pas de se montrer impitoyable vis-à-vis de ceux qui ne le sont pas. Ainsi, il dénonce sans hésiter Agnès, religieuse tombée enceinte, et la laisse se faire punir sévèrement par sa supérieure. Pourtant, notre moine ne va pas tarder lui-même à se retrouver confronté à la tentation. La jolie Mathilde est tombée amoureuse de lui et entend bien le faire succomber...

Roman sulfureux, Le moine a été censuré et a longtemps fait polémique. C'est en effet une charge violente contre le clergé puisque l'essentiel du roman s'emploie à démontrer l'influence négaste que peut avoir le pouvoir religieux sur des esprits faibles et superstitieux; ainsi Ambrosio manipule ses fidèles comme des marionnettes, une prieure dans un couvent voisin traite avec la pire cruauté les religieuses dont elle a la garde... L'auteur exprime également clairement son aversion contre le monde monastique, un mode de vie qu'il juge "contre-nature". Oui, vous enthousiasmez pas non plus: c'est une charge anti-catholique certes, mais Lewis était anglais et sans doute anglican; taper sur les papistes n'avait donc rien de particulièrement novateur.

En revanche, Le moine est un chef-d'oeuvre gothique; j'avais déjà trouvé Radcliffe assez intéressante, mais la malheureuse est écrasée par la comparaison avec Lewis. Ici, l'auteur ne s'embarrasse pas pour trouver des explications rationnelles aux phénomènes inexpliqués. L'atmosphère du roman baigne dans le surnaturel, surnaturel relayé par des vieilles superstitieuses: invocations démoniaques, fantômes, cimetière enfoui, aubergistes assassins... Le gothique s'exprime aussi par la multitude d'intrigues à l'intérieur du récit. Le moine c'est l'histoire d'Ambrosio, mais aussi de la douce Antonia ou encore de la malheureuse Agnès. Toutes ses histoires s'imbriquent parfaitement les unes aux autres  pour former un ensemble cohérent qui se lit d'une traite. L'horreur est omniprésente; dans Le Moine Dieu est le dieu de l'Ancien Testament, le dieu vengeur qui punit sévèrement ceux qui le trahissent et, de ce fait le monde prend une nuance vaguement inquiétante. Le moine  c'est aussi le parcours d'un homme qui cède à la tentation et qui peu à peu, en voulant cacher des faiblesses bien humaines, sombre dans la ruine morale la plus totale: actes blasphématoires et meurtre. Lewis ne condamne pas la tentation: Ambrosio n'est pas mauvais parce qu'il cède à la belle Mathilde mais uniquement parce qu'il se refuse à admettre ses faiblesses. En ce sens, le seul "péché" que l'auteur fustige, c'est l'orgueil: l'orgueil de celui qui se croit au-dessus des autres et qui en paie le prix fort. La fin du livre, et d'Ambrosio par la même occasion, est un concentré d'horreur pure puisqu'elle bannit toute idée de rédemption et conclut en apothéose un roman très très noir et très très intéressant...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

Sandie 14/08/2012 16:16

ahah, il existe donc vraiment ce livre cité dans Northanger Abbey!!!ET tu arrives même à nous donner envie de le lire!!!

beux 19/08/2012 14:55



Je te le prêterai promis! LE livre sulfureux pour Jane Austen^^



urgonthe 12/08/2012 19:38

Ouais, tu as lu Le Moine toi aussi ! Étonnant comme ce livre est passionnant alors que le thème m'en semblait fastidieux avant lecture. Le style joue beaucoup dans l'envie de tourner les pages sans
réfléchir. J'ai vraiment adoré la dissection du personnages d'Ambrosio et je me suis faite avoir par tous les coups de théâtre, avec le plus grand plaisir. Je vais peut-être tenter l'adaptation
avec Vincent Cassel, dont le physique correspond bien au rôle. ;-)

beux 14/08/2012 13:54



J'ai envie aussi de tester l'adaptation, mais j'ai un peu peur car les critiques ne sont pas forcément élogieuses... Pourtant, j'adore Vincent Cassel et effectivement, je pense qu'il correspond
bien au rôle. Si tu vois le film finalement dis-moi ce que tu en as pensé...