Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 18:05

L02.jpgLes morsures du passé

Lisa Gardner

éditions Albin Michel

 

Allez, je vous l'avais promis: on passe un peu à de la lecture contemporaine, et comme nous nous sommes cassés la tête sur Diderot ou Hölderlin, il est juste de passer à de la littérature beaucoup plus légère, un policier qui pour le coup ne réclame ni appareil critique, ni analyste stylistique.

D.D Warren, enquêtrice de bientôt quarante ans, commence à avoir des velléités d'enfants et de vie de famille. Hélas pour elle, son bipper sonne au moment d'un rendez-vous prometteur et l'envoie sur les lieux d'un crime, une petite maison de banlieue. Une famille entière a été décimée et tout semble désigner le père comme coupable. Mais D.D ne tarde pas à se rendre compte que quelque chose ne colle pas: le père ne semble pas s'être suicidé et n'avait guère le profil d'un tueur. Qui plus est, quelques jours plus tard, une famille entière est de nouveau assassinée: profil différent mais même mode opératoire. Ces deux familles n'avaient rien en commun si ce n'est qu'elles avaient chacune un enfant atteint de troubles mentaux. Tous les deux avaient fait un séjour dans le service pyschiatrique d'u même hôpital...

Avec un sujet plutôt intéressant, les enfants psychotiques, Les morsures du passé s'inscrit dans le registre du livre policier facile, à trimballer à la plage ou à lire au coin du feu selon la saison. Le style est bateau, l'intrigue bourrée de bons sentiments (des mères courageuses, des familles dans le besoin mais patriotes, des célibattantes dynamiques) les descriptions édulcorées et il y a un savant mélange de psychologie à la louche et de spiritualité douteuse qui ravira les plus sensibles d'entre nous. C'est clairement écrit pour les femmes: l'auteur est une femme et seules les personnages féminins sont un peu fouillés. Les protagonistes masculins pour le coup ne sont eux que de ravissants tas de muscles, protecteurs et bourrés d'humour. Bon ça tombe bien, je suis une femme, aussi j'ai pu accrocher assez facilement à une histoire rondement menée et pleine de suspens. ça ne donne pas mal au crâne, ça se lit vite, et l'intrigue réserve quand même quelques rebondissements inattendus. Pas le polar de l'année donc mais un bon bouquin de gare et, quelquefois, c'est tout ce qu'on demande à un roman...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Polar
commenter cet article

commentaires