Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 20:15

L02.jpgLe chien qui louche

Etienne Davodeau

éditions Futuropolis/Louvre éditions

2013

 

Etienne Davodeau, essentiellement connu pour sa BD Les Ignorants, revient avec une nouvelle oeuvre, Le chien qui louche.  L'histoire est celle de Fabien, agent de sécurité au Louvre et qui aime son métier ainsi que sa petite vie tranquille avec la mystérieuse Mathilde, une jeune femme rencontrée depuis peu. Un jour, Mathilde se décide à lui faire rencontrer sa famille, un grand-père sénile, un père autoritaire et des grands frères un peu lourds. Les Benion sont des provinciaux et n'ont pour l'art qu'un goût limité. Leur passion à eux, c'est la fabrication de meubles. Mais, au cours de la visite de Fabien, la famille tient néanmoins à lui montrer la peinture d'un aïeul décédé, oublié dans un grenier et représentant un chien qui louche. Une peinture qui laisse plutôt perplexe Fabien ainsi que la question qui l'accompagne : selon lui, la toile mériterait-elle d'être exposée au Louvre ? Fabien n'ose pas répondre et se retrouve ainsi embarqué dans une étrange mission qui va l'amener à rencontrer des gens étranges fréquentant le musée...

Curieusement, je ne suis pas fan de ce genre de BD pour le coup, de ces images réalistes et de cet univers qui ressemble trop au nôtre pour m'attirer vraiment. Sautons donc sur l'histoire où là encore quelques détails m'ont fait tiquer ; la famille Benion ne m'a pas fait rire tellement je l'ai trouvée caricaturale au possible. Ce sont des ploucs qui se comportent comme des abrutis dès qu'ils sont lâchés dans un musée, qui ne comprennent pas l'art mais qui sont des artistes sans le savoir puisque qu'ils fabriquent des meubles... Bref, des brutes au grand coeur, des provinciaux bruyants qui fatiguent la pauvre lectrice que je suis. En revanche, j'ai beaucoup aimé le personnage de Mathilde et surtout de Fabien, cet homme humble et discret mais avec sa fierté quand même, qui aime son métier mais qui souffre du manque de reconnaissance. Sa relation avec Mathilde, esquissée, est néanmoins très bien rendue. J'ai aimé le thème principal du récit, la question de savoir si oui ou non une oeuvre mérite d'être exposée dans un musée et qui décide, une question intéressante que je me suis déjà posée. Grâce à Davodeau, j'ai des éléments de réponse ! Ceci dit, Le Chien qui louche c'est surtout une occasion pour le lecteur de se promener dans les pièces du Louvre, de rencontrer de bien étranges personnages et de s'attarder sur des oeuvres illustres ou au contraire méconnues. Une fort jolie balade qui passe très rapidement et qui laisse une certaine nostalgie. De quoi donner envie à certain de découvrir ce musée au plus tôt...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans B.D.
commenter cet article

commentaires