Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 16:27

L05.jpgRetour à Killybegs

Sorj Chalandon

éditions Grasset

2011

 

Tyrone Meehan a toujours été un fervent républicain irlandais, prêt à tout comme son père avant lui pour libérer son pays des anglais, y compris à adhérer à L'IRA. Pourtant, devenu vieux et alors que l'Irlande a retrouvé la paix, il est devenu traître aux siens et poursuivis par ceux qui furent autrefois ses amis. Que s'est-il passé? Pourquoi Tyrone s'est-il rallié aux anglais et dans quelles circonstances? C'est ce qu'il entreprend de raconter dans ce récit qui, mêlant souvenirs passés et présents, retrace l'histoire d'un homme complexe qui n'a jamais vécu que pour se battre... Mais pour quoi?

Encore un roman couronné d'un prix littéraire (celui de l'académie française) et encore un choix qui me laisse un peu perplexe. Entendons-nous bien; le livre de Sorj Chalandon n'est pas mauvais, mais c'est loin d'être une révélation littéraire. On saluera le choix du sujet (l'Irlande, un sujet de toute évidence parfaitement maîtrisé et traité) ainsi qu'une volonté d'éviter tout manichéisme; les irlandais ne sont pas tous forcément des gentils pas plus que les anglais ne sont tous des méchants. L'IRA n'est pas considéré comme une armée terroriste ce qui n'empêche pas l'auteur de démontrer l'horreur d'une guerre qui a empoisonné des générations. Cependant, tout ceci ne m'a pas empêchée de m'ennuyer un peu le long de la narration tortueuse qui, voulant éviter la chronologie linéaire, mélange allégrement tous les moments forts de la vie du héros (enfance, prison, combat dans l'IRA, exil après la trahison, etc.) pour les ressortir au petit bonheur la chance. Ce genre de narration, bien menée, peut effectivement être intéressante. Ici, c'est plutôt mal fait; les moments forts sont dilués dans d'autres souvenirs anodins et les personnages se mélangent, perdant leur impact. C'est bien simple: à part le narrateur, aucun protagoniste ne parvient à s'imposer, que ce soit la femme falote de Tyrone ou son ami français. De ce fait, le récit est confus, parsemé de noms et de dates et n'apporte aucune émotion réelle. Tout ça reste très froid et il n'y a guère que la toute fin de Retour à Killybegs pour insufler un peu d'âme à un roman plein de bonne volonté mais qui part dans toutes les directions pour, au final, arriver nulle part.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires

thibo 15/05/2013 17:09

J'ai lu les deux et j'ai largement préféré mon traitre, plus fin je trouve, donc je le conseille même si c'est un peu domage de s'être gaché l'histoire avec le retour.
En tous cas merci pour ce site et ses bonnes critiques

beux 20/05/2013 20:06



De rien, merci de venir sur ce site! J'essaierai peut-être un jour "Mon traître" vu que n'ayant pas aimé le second opus, je l'ai presque aussitôt oublié.^^



dr orlof 26/01/2012 16:05

Il faut sans doute d'abord lire "Mon traitre" pour comprendre celui-ci puisqu'il s'agit, si j'ai bien compris, d'une "suite" (j'avais bien aimé, "mon traitre")...

beux 26/01/2012 20:39



Oui, j'ai vu ça... mais j'avoue que du coup "Mon traître" ne me tente pas du tout...