Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 17:57

L05.jpgSang chaud, nerfs d'acier

Arto Paasilinna

éditions Denoël

 

 

De Paasilinna je gardais un très bon souvenir avec son Petits suicides entre amis, un livre plein d'humour et d'auto-dérision. Hélas, la déception a été d'autant plus vive en lisant son dernier roman Sang chaud, nerfs d'acier.

En 1917, Linnea Lindeman, accoucheuse un peu sorcière, chasseuse de phoques et contrebandière à l'occasion, a une vision: celle d'un enfant qui naîtra en 1918 et qui vivra jusqu'à en 1990. Cet enfant, c'est celui de son amie Hanna Kokkoluoto. Nommé Antti, ce dernier va traverser une période trouble de l'histoire, de la guerre civile finlandaise à la seconde guerre mondiale en passsant par la crise de 1929 et les affrontements entre communistes et facistes. Tour à tour commerçant, contrebandier et politicien, notre héros va traverser la vie sans encombre, porté par la déclaration rassurante de la sage-femme: même si le monde s'écroule autour de lui, il survivra.

Le but du roman, d'après ce que j'ai pu comprendre, est avant tout de nous initier à l'histoire de la Finlande à travers le destin d'un homme assez exceptionnel. C'était un pari risqué et qui, pour moi, est complètement raté, je l'avoue. Je n'ai rien à dire sur le style. C'est brillamment écrit, ça se lit sans ennui mais, comment vous expliquer? C'est très lisse. Les personnages ne sont pas attachants pour un sou. Peut-être est-ce un problème de longueur: en deux cent pages, brosser à la fois le destin d'un homme et celui d'une nation me semble pour le moins délicat. Quoi qu'il en soit, le livre aligne soigneusement les chapitres à la manière d'une leçon apprise: là on va parler de la crise de 29, là on va évoquer la vie amoureuse de Antti, là on va parler des communistes... Où est l'humour de Paasilinna? On le retrouve bien ça et là au hasard des pages, lorsqu'il évoque l'enlèvement de Antti et de son père par des facistes par exemple, ou encore à travers le personnage de Linnea, l'accoucheuse illégale assez haute en couleurs. Malgré cette touche de légèreté et malgré une fin plutôt réussie, l'auteur ne sauve pas pour autant un roman sans vie, destiné à être vite lu et tout aussi vite oublié...

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Jacquotte 14/06/2010 00:12


Isoler Proust...???? tu es folle??? tu veux que je te maudisse sur 7 générations!
J'ai trouvé un autre petit roman de Jerome K. Jerome, "trois hommes sur un vélo". Tu peux le rajouter à ta bib. idéale.


beux 17/06/2010 16:39



Je ne te dirais pas tout le bien que je pense de Proust, tu le connais déjà...



Pascal le Yukka 24/05/2010 11:11


Si tu commences à avoir honte de ne pas avoir lu certains auteurs, ça risque de devenir problématique ! Mieux vaut isoler cela dans ton inconscient (j'y ai mis Zola et Stendhal déjà...)


beux 24/05/2010 19:31



Oh non pas Zola et Stendhal c'est bien! (je crois être l'une des rares personnes au monde qui aiment Zola) Ceci dit je peux isoler Proust à ce compte là



Quentin M. 22/05/2010 01:07


Erf, et voilà ce qui arrive quand on poste des messages trop tard : on se relit à la va-vite et les mots écrits ne sont pas ceux que l'on voulait...

Je voulais bien sur dire que "c'est vraiment très bien écrit"... -__- Pardon.


beux 22/05/2010 11:33



J'avais bien compris l'idée générale pas de problèmes! Et puis vu l'heure tardive, c'était tout à fait compréhensible...


Je note donc l'idée de la série. il faudrait aussi effectivement qu'un jour je me lance dans Rushdie. C'est un auteur que je n'ai jamais lu honte à moi...



Quentin M. 22/05/2010 01:04


Oh oui, je viens de terminer cette série de petits livres, et j'ai vraiment aimé ! Ça se lit très facilement et c'est vraiment très bien aimé... Je recommande chaudement !


Nico 21/05/2010 12:08


Bonjour
je suis déçu. Ayant lu "petits suicides entre amis" il y a un an, je souhaitais lire un autre livre de cet auteur. Je pourrais tenter aussi, mais après avoir longuement parcouru le blog ces
dernières semaines, je me sens proches de certaines critiques. Et aux découvertes effectuées par ce blog (notamment « l’histoire du poète qui fut changé en tigre »). J’aurais alors un petit
conseil, japonais, en 5 volumes très très courts mais extrêmement prenant : le poids des secrets (Tsubaki; Hamaguri; Tsubame; Wasurenagusa et Hotaru) de shimazaki.
Merci et bonne lecture.


beux 22/05/2010 11:30



Je note je note, surtout que vous êtes deux apparemment à avoir aimé. Merci pour le conseil!