Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 18:56

L08.jpgScriblerus

Alexander Pope

éditions Hesperus


 

A la question que vous vous posiez tous sûrement (ou peut-être pas parce qu'à vrai dire elle n'est pas passionnante) "Mais que deviennent les 1001 livres qu'il faut avoir lus dans sa vie? Où en est-on maintenant?" je vous apporte aujourd'hui une réponse... Soyez dans la joie.

Vous n'êtes pas sans ignorer que Swift, dont nous avons déjà parlé dans les notes précédentes, faisait partie d'un club, le club Scriblerus, rassemblant plusieurs érudits de son époque notamment Pope ou Gay. Les membres de ce groupe, lettrés, aimaient à se moquer de leurs contemporains par le biais de la satire et de récits réunis sous la forme de mémoires fictives, celle de Martin Scriblerus.

L'ouvrage que je tiens entre les mains Scriblerus est donc le fruit de cette collaboration, mais j'ignore à vrai dire si j'ai la version "intégrale" ou simplement des extraits, d'autant plus que le seul auteur mentionné est Pope. Je vous le dis tout de suite, je n'irai pas approfondir la recherche. D'une part, il m'a fallu déjà creuser pour trouver cette version. Qui plus est, le livre est en anglais. En anglais! Ok, j'avais réussi à lire sans trop de difficultés en version originale: Love in excess de Haywood (les auteurs anglais du XVIIIe ne semblent pas avoir la cote auprès des éditeurs français) mais il s'agissait d'un roman d'amour avec des personnages essentiellement occupés à soupirer après la lune ou à se répandre en discours amoureux. Une fois que vous connaissiez le mot love vous étiez sauvés. Dans Scriblerus rien de tel. Il s'agit donc d'une biographie fictive de Martin Scriblerus. Martin est éduqué par un père fasciné par les grands penseurs de l'Antiquité et qui est déterminé à élever son fils de la même façon. Poussé à l'extrême, évidemment, cela en devient comique. Devenu adulte, Martin marche sur les traces de son père et explore les sciences et les arts de façon assez peu protocolaire, cherchant à trouver où se situe l'âme par exemple en découpant quelques cadavres. Il tombe également amoureux de soeurs siamoises (ou plutôt de l'une d'elles) et les épouse mais son mariage, considéré comme bigamie ou inceste vous avez le choix, donne lieu à un procès cocasse où des avocats plus ridicules les uns que les autres s'affrontent...

Pour faire court, prenez du Rabelais; certes c'est drôle, satirique et tout ça, mais vous avez déjà essayé de lire Gargantua en ancien français? J'ai essayé un jour. J'ai essayé également de lire et d'apprécier Scriblerus en version originale. Je suis sûre que c'est comique et certains passages m'ont fait sourire. Je pense en particulier à l'enlèvement des soeurs siamoises ou encore à l'arrestation de Scriblerus et de son acolyte Crambe alors qu'ils tentent de voler un cadavre pour leurs expériences. La parodie est plaisante, les personnages sont caricaturaux, mais il n'en demeure pas moins que le plus grand intérêt de l'oeuvre réside sans doute dans les théories et les discours avancés par Scriblerus ainsi que dans les dialogues. Or, j'avoue que je ne suis pas assez douée en anglais pour en saisir toutes les subtilités, d'autant plus que l'auteur se fait un malin plaisir de mêler à son texte citations et auteurs antiques qui rendent la lecture quasiment impossible. Ne comptez donc pas sur moi pour vous parler plus en détail de ce roman: je vous sortirais les banalités habituelles: parodie, satire sur les contemporains, humour assez proche de l'esprit rabelaisien... Après, si vous vous voulez en savoir plus, il ne vous reste plus qu'à vous attaquer vous même au problème: vous aurez en tous cas toute mon admiration.

Partager cet article

Repost 0
Published by beux - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

Lila 07/05/2010 19:54


Pour la remarque de chieuse, Gargantua ce n'est pas de l'Ancien Français, mais du Moyen Français. Sinon, très bon blog littéraire, bravo!


beux 07/05/2010 19:57



Ah oui, c'est vrai. Sinon en ancien français, j'aurais encore eu plus de mal à le lire! (à ma décharge j'ai toujours été nulle en ancien français et je mélange toujours gaiement les périodes)


 



Astrid 22/04/2010 10:52


On trouve un livre de Martin Scriblerus (sous titré : Swift, Pope, Gay et Arbuthnot) sur un site commerçant bien connu...
De même que la correspondance de Swift avec le Scriblerus club... Peut être cela vaudrait il le coup de se pencher dessus ?


beux 23/04/2010 19:30



Oui merci je viens de voir ça! (un peu la honte de ne pas l'avoir vu plus tôt d'ailleurs) Je vais peut-être me laisser tenter quand même...